Recettes traditionnelles

Filet Mignon Rare, Croûton Brioche au Beurre de Moutarde, Framboise

Filet Mignon Rare, Croûton Brioche au Beurre de Moutarde, Framboise

Vous cherchez un apéritif digne d'un Oscar ? Découvrez cette recette savoureuse qui a été servie lors de la soirée de visionnage des Oscars de la Fondation Elton John AIDS. Ces croûtons légers et croustillants se marient parfaitement avec de copieux cubes de filet mignon et une sauce sucrée piquante.

Ingrédients

  • 12 disques ronds d'un pouce de pain brioché coupés à ½ pouce d'épaisseur
  • 4 onces de filet mignon
  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • 4 onces de beurre
  • 2 cuillères à café de moutarde de Dijon
  • sel et poivre au goût)
  • 12 framboises (pour la garniture)

Portions12

Calories par portion1483

Équivalent folate (total)626µg100%


Comment ils se sont comportés

Étant donné que les heures d'ouverture des restaurants varient, réservez longtemps à l'avance afin d'avoir le temps d'ajuster votre horaire. L&# x27Auberge de l'Ill Rae Collonges, Illhaeusern, (89)71-83-23.

Le plus proche de la perfection trois étoiles était dans cette belle auberge de campagne sur les rives de l'Ill, en Alsace. Des saules pleureurs recouvrent les murs des fenêtres de la salle à manger, accentués par une palette de couleurs vert feuillu, des meubles antiques sombres et polis et des objets creux argentés brillants.

Jean Pierre Haeberlin supervise les salles à manger qu'il a conçues, tandis que son frère Paul en cuisine oriente un parcours à mi-chemin entre les cuisines nouvelle et classique.

Les entrées comprenaient une salade de lepereau - des filets de bébé lièvre avec des cœurs d'artichauts émincés, et les morifles et girolles aux champignons sauvages. Le chouchou des chefs de la nouvelle cuisine, des œufs brouillés légers comme une crêpe de Chine, cerclés de glace de viande et ombragés de copeaux de truffe noire, était servi avec une fourchette et une cuillère en vermeil. Ce plat ne pouvait être blâmé que parce qu'il était trop généreusement portionné.

Le célèbre soufflé au saumon de Paul Haeherlin, une tranche de saumon rose pâle et moelleuse surmontée d'un soufflé de brochet, le tout glacé sous une sauce au vin blanc, à la crème et au Riesling, a été agrémenté d'un peu de concasse de tomates fraîches.

Un jumelage de poitrines braisées de faisan et perdrix, agrémentées de châtaignes et d'un arc-en-ciel de champignons sauvages des bois, a été servi avec des crêpes bretonnes fines et aérées à la semoule de maïs qui ont tiré le meilleur parti de la sauce de gibier claire et vineuse.

Les reins dans la crème à la moutarde étaient légèrement imparfaits, ils étaient trop finement coupés en dés et inondés de trop de sauce, donc l'effet était un peu velouté, et, aussi, la sauce était une teinte trop fortement teintée de moutarde. Les nouilles alsaciennes épaisses et grasses, recouvertes de beurre, étaient presque assez superbes pour compenser les défauts du plat principal.

Il y avait une belle gamme de fromages ici, et avec elle de fines tranches de pain de seigle parsemées de noix. Même un dessert aussi simple que

La crème caramel a atteint de nouveaux sommets au Haeberlins', tout comme le sorbet au pamplemousse pâle. Al-

sace&# x27s propre tarte aux quetsches, bien que fait

avec les bonnes petites prunes bleues, il manquait la cannelle nécessaire. Les petits fours ont fait

pas aussi délicieux qu'ils en avaient l'air, et les sachets de thé étaient des Tetley. Le service était efficace et courtois, bien qu'un peu impersonnel et distrait.

Restaurant Plc, 285 Avenue Victor Hugo, Valence-sur-Rhône, Drôme, (75) 44-15-32.

Pic, le restaurant trois étoiles le moins connu de France, est situé dans une rue résidentielle calme au milieu de la jolie ville bourgeoise de Valence.

. Jacques Plc supervise la cuisine du restaurant commencé il y a une génération par son père, André, qui se tient à la porte pour accueillir les invités (principalement les agriculteurs et les commerçants locaux solidement prospères et habillés de manière formelle) lorsqu'ils entrent dans cette jolie villa avec sa cour fleurie. .

Le décor ici ressemble le plus à un salon de restauration d'hôtel somptueusement décoré - formel, cher et chic. Les tables étaient grandes et les chaises copieuses et le service était chaleureux.

L'éminence de canard aux éclats de truffes et une tranche satinée de foie de canard frais, ainsi que la chair délicate de magret de petit gibier à plumes, les bécassines, en pâte feuilletée au croustillant fracassant ont précédé le filet de diablotin, bar en sauce mousseuse de velouté, rehaussée d'une couronne de caviar impeccable.

La fricassée d'agneau an basilic, un ragoût d'agneau qui comprenait des pépites de rognons et de ris de veau, était juste un peu trop parfumé au basilic, bien que charmant néanmoins. Les nolsettes de chevreuil étaient l'examen* le plus tendre et le plus savoureux de cette viande que j'aie jamais eu, rendu encore plus sublime par la sauce légère au vin foncé en mousseline.

Ici aussi, le pain de seigle servi aux noix accompagnait une sélection exceptionnelle de fromages. Les desserts ont été à la hauteur du reste du repas : un soufflé froid à l'orange, un merveilleux sorbet au pamplemousse frais, des petits fours et des crêpes en dentelle enveloppant de la confiture maison.

Alain Chapel (La Mère Charles), Mlonnay, (78) 91-82-02.

Ce restaurant simple et élégant près de Lyon, avec ses carreaux, ses murs en plâtre brut et son intérieur presque austère élégant, suggère une hacienda espagnole, mais le style du menu, de la nourriture et du service est purement français. Cela s'est classé parmi nos favoris malgré deux plats décevants lors de notre premier dîner. Nous avons commandé le filet de bar aux oignons confits à ce qui équivalait à l'insistance du capitaine et cela s'est avéré un désastre, les oignons ayant été mijotés jusqu'à presque de la marmelade et mélangés avec des tranches d'écorce d'orange sautée, pour faire une saveur distrayante à la fois douce et amère. qui a maîtrisé le poisson.

Et, ayant entendu dire que l'un des chefs-d'œuvre de la Chapelle était l'oreille de veau farcie — une oreille de veau bourrée — nous avons ordonné que, bien qu'ici, et à son honneur, le capitaine ait essayé de nous orienter dans d'autres directions. Nous aurions dû écouter, car même si le plat n'était pas horrible, c'était juste idiot - une oreille sèche et dure avec de la chapelure qui était tombée, remplie de miettes de ris de veau non liées et sans goût, une affaire qui semblait inutile même si c'était un produit typiquement local. spécialité.

Mais tous les autres plats qui composaient le dîner et le déjeuner du lendemain étaient spectaculaires. Le célèbre gateau de toles blondes, une mousse chaude éthérée dorée pâle de foies de volaille et de moelle, nappée d'une sauce aux écrevisses roses, et d'un pâté onctueux et chaud de. l'anguille en pâte feuilletée savoureuse avec deux sauces mousseuses au beurre ont inspiré les apéritifs.

Le poulet de Bresse en vessie, un poulet délicieusement moelleux à la truffe poché et confortablement cousu dans une vessie de porc pour conserver son propre jus, puis servi avec une sauce à la crème accentuée de foie gras et de navets et carottes al dente, était excellent et peut être commandé pour un ici, alors que la plupart des autres endroits insistent pour que ce soit pour deux.

L'extravagance des desserts à plusieurs plats

présenté ici était le plus somptueux de tous : les seaux de lait miniatures en argent givré remplis de délicats sorbets aux fruits frais, chacun plus in-

plus vifs que les précédents, de minuscules pâtisseries fourrées à la crème anglaise, un fragile millefeuille avec de minuscules fraises fraîches et une glace à la vanille maison. et des petits fours, des merveilles miniatures. Le déjeuner était composé de délices tout aussi sublimes - une salade de chair de homard avec un magret de pigeonneau et truffes, et une trinité de salades telles que champignons crus et artichauts violets au cerfeuil, pousses d'épinards avec des tranches chaudes de foie de canard et une "pattes rouges" de écrevisses à l'estragon.

Reins tendres et légers et une Un simple filet mignon d'Iambon rare et rosé avec un anneau de légumes miniatures étaient des plats principaux que nous serions ravis de répéter. Le service était concerné, sympathique et efficace.

Les Prés et les Sources dɾuttenle (Michel Guérard), Eugénie‐les•Bains, (58) 58-19-01. •

Le nom fait référence à l'hôtel-spa ainsi qu'à l'élégant restaurant de campagne que Michel Guérard a fait de la Mecque de la cuisine minceur (minceur) et gourmande (tonifiant gras), mais toujours, toujours, nouvelle.

Les salles à manger réalisées dans des tissus campagnards marron et blanc avec d'immenses panneaux peints de fruits de saison et de gibier et une vieille armoire campagnarde pleine de confitures maison (à vendre), se combinent pour créer une beau si toile de fond étudiée.

Il est nécessaire de commander le dessert dès que vous vous asseyez, si vous voulez de la pâtisserie, car elle sera cuite à la commande. Notre premier dîner a commencé par un plat signature de Guerard, les œufs brouillés crémeux à la ciboulette servis dans des coquilles d'œufs et garnis de caviar. La soupe aux écrevisses à la nage, une crème d'écrevisses, était tout aussi transportante, quoique moins médiatisée. Un autre excellent apéritif était des tranches sombres et humides de jambon d'aile de canard, des tranches de poitrine de caneton séchées à l'air comme du jambon,

Le marche du pêcheur en cocotte était un mélange impeccablement cuit à la vapeur de rouget et de merlan, parsemé de moules et d'huîtres fraîches de la mer avec une sauce qui combinait beurre blanc et concasse de tomates. Des morceaux d'algues cuits à la vapeur avec le poisson adoucissaient à la fois la saveur et l'arôme. Merlan braisé avec julienne ferme de carottes, poireaux et navets en sauce au vin blanc. était moins magique, mais toujours délicieux.

Un baron de lapin avec des pois mange-tout, des nouilles et des navets faits maison était un peu torride et manquait de saveur profonde, la viande n'ayant pas du tout été dorée. Il pâlit à côté de la grillade de canard de Chalosse, un épais filet de magret de canard grillé au feu de bois, tranché saignant, et servi avec une sauce crémeuse au vinaigre.

. La tarte chaude aux pommes acidulées, la pâte feuilletée fraîchement préparée qui contenait des tranches de pomme piquantes, était le résultat digne de notre commande à l'avance, et la marquise au chocolat à la crème au café devait être comptée parmi les meilleurs desserts de la demi-douzaine mois entier.

Le minceur du déjeuner était un peu moins gratifiant, car avec les calories, M. Guérard semble avoir éliminé la saveur. (Ou serait-ce que les calories elles-mêmes ont de la saveur ?) La salade d'ouverture combinait des haricots verts cuits croustillants, du pamplemousse, du homard et en conserve asperges blanches dans une vinaigrette rose tomate façon maynnnaise sournoisement lacée de paraffine pour remplacer l'huile habituelle.

UNE baron d'agneau aurait été braisé au fenouil semblaient avoir été cuits à la vapeur et n'avaient aucun intérêt à côté de cela étaient des tranches de courgettes et d'aubergines trop cuites et gorgées d'eau. La seule touche inspirée était un sorbet frais à la poire et à la menthe qui n'apportait aucun sentiment de privation.

Nous avions commandé à l'avance le pot au feu de Pot au Feu, ce merveilleux mélange de bœuf, canard, porc, légumes et petites boules de chou croustillantes, le tout mijoté dans un bouillon et servi avec des cerises marinées, des cornichons, une sauce tomate fraîche et du gros sel. C'est, naturellement, le plat qui a rendu M. Guérard célèbre dans son premier restaurant, Le Pot au Feu en dehors de Paris.

Avant le pot au feu venaient deux amuse-gueules,

trois petits paquets de pâte feuilletée, un fourré aux morilles, un autre aux écrevisses et caviar

et un troisième avec des ris d'agneau braisés. La salade Buissonnière, un subtil mélange de saumon fumé et d'esturgeon, de froufrous et d'avocat, était moins compliquée mais une meilleure entrée pour le plat lourd à suivre.

Paul Bocuse, Qual d'Illhaeusern, Collonges-au-Mont-d'Or, Lyon, (78) 22-01-40. Personne pour cacher sa lumière sous un boisseau, Paul Bocuse a sa signature tracée en néon vert, flamboyant contre le ciel nocturne au-dessus de son restaurant. Les salles à manger ont été décorées avec force, dans ce que l'on pourrait considérer comme un style baronnial de maison de débauche, avec du mauvais art et des bougies rouges sinistres. Le service était désinvolte mais convenable.

Seuls trois plats se sont démarqués comme véritablement spectaculaires, parmi lesquels une soupe de moules inspirée au safran et un loup en croate impeccablement construit, un bar entier farci d'une mousse de homard, puis cuit dans une pâte feuilletée qui reste croustillante malgré son garniture humide et la sauce tomate légère et crème Charon louche dans l'ensemble. Le pâté chaud des bécassines de gibier à plumes servi avec des truffes et des terrines de pigeonneau, foie gras et canard étaient également excellents.

Pour le reste, le gateau de foies de vo'allies était si lourd et sombre que l'on se doute qu'il était fait avec du foie de bœuf, l'escalope de turbot vigneronne était un poisson ferme et frais surmonté d'une sauce au vin piquante, et la poularde truffée de Bresse en vessie aux légumes, bien qu'agréable, n'approchait pas de la version réalisée par Alain Chapel.

Ni les aiguillettes de canard coriaces et salées aux navets, ni les morceaux gras de filet d'agneau sauce à l'estragon ne se distinguaient en aucune façon, et la fricassée de poulet au vinaigre avait un goût de sauerbraten.

Bien que le plateau de fromages était énorme, il se composait de plusieurs rangées du même fromage. Les sorbets aux fruits valaient presque le détour (surtout la framboise), tout comme la fine tourte au chocolat noir et quelques bonbons qui semblaient être agrémentés de cognac. La glace à la pistache était horrible.

Hôtel Restaurant Trolsgros, 22, Cours de la République, Roanne (Loire), (77) 71-66-97.

Ce que vous voyez lorsque vous arrivez dans la ville industrielle et crasseuse de Roanne est un rail quelconque. Hôtel de la gare routière exploité par les frères Troisgros, Jean et Pierre. La salle à manger avait tout le charme d'un restaurant dans une gare allemande, avec des murs en bois brun terne : des rideaux en filet délavés, louches et verdâtres, et des tables entassées les unes contre les autres. Bien sûr, il était en train d'être rénové, alors peut-être que maintenant le cadre est plus heureux.

Même en oubliant le service brusque et mouvementé et la poussée de vente pour la carte du feu à prix standard, c'était la nourriture qui était la plus décevante. Parmi les meilleurs choix figuraient les entrées de mousse de grives (un pâté d'alouettes au genièvre), les huitres chaudes Julia (huîtres chaudes au beurre) et les fines escalopes de saumon sauce à l'oseille. Mais le pâté mosaïque très médiatisé de légumes mélangés était servi très froid, la salade nouvelle avait l'air et le goût délavé et la pâte feuilletée aux ris de veau était trempée. Les aiguillettes de canard, le magret de canard désossé en tranches, étaient sèches et exagérées, et les cuisses de canard servies au vinaigre le lendemain pour le déjeuner étaient filandreuses et leur sauce manquait de subtilité et de richesse.

Trois côtelettes de brebis (une brebis ou une agneau femelle) légèrement sèches et légèrement parfumées au thym ont été une un peu mieux et le bœuf Charollais à la moelle dans une sauce au vin rouge était l'approche la plus proche de l'excellence de tous les plats.

L'assortiment de fromages était intéressant et le clafoutis aux myrtilles atroce. Ainsi était une millefeuille bancal, bien que sa garniture à la crème pâtissière soit excellente, tout comme les petits fours et les zestes d'agrumes confits.

Taillevent, 15 rue Lammenais, 8e, Paris, (1) 225-05-08.

On attendait beaucoup de cette vieille maison respectée, mais peu a été livré. Certainement rien sur le bois simple, traditionnelle cadre lambrissé pourrait l'offenser ou l'inspirer simplement suggéré un bon club privé. Le service s'est avéré brusquement efficace et quelque peu indifférent.

La nourriture était des plus décevantes et seuls trois plats se rapprochaient de l'excellence : les cervelas de fruits de mer, une saucisse pochée de brochet et coquillages mousseux aux tuffes et pistaches dans un beurre blanc crémeux un autre apéritif du premier foie gras de saison dans une gelée de porto et un dessert, glace au chocolat doré au miel.

Entre-temps, nous avons souffert de la gourmandise printanière, d'une salade de ris de veau délavée en hors-d'œuvre et d'une poularde de Bresse à la sauce aux écrevisses si mal conçue et assaisonnée qu'elle aurait pu être préparée en plat principal de banquet glacé. Bien mieux était une selle d'agneau aux rognons, légèrement trop grillée selon nos normes, et des tournedos de bœuf parfaitement grillés à la moelle qui étaient au moins louables.

Un sorbet au cassis, présenté comme un «zéphir», ressemblait remarquablement à la gelée de framboise noire, le vacherin était fourré d'une purée de marrons sans goût, la charlotte aux poires était juste et le gâteau aux noix était une tourte au chocolat et aux noix au-dessus de la moyenne.

La Pyramide, Boulevard Fernand-Point, Vienne, (74) 85.00.96.

Ayant pris l'un des grands repas de ma vie dans ce restaurant en 1953, il était particulièrement triste de constater son déclin depuis le décès de son chef‐propriétaire, Fernand Point, il y a 23 ans.

Le plat le plus remarquable était un sorbet à la framboise fait avec un arôme artificiel et remarquable pour cette seule raison.

La mousse de foie en brioche était une calamité, avec à la fois le pâté et la brioche sèche et rassis. La cassolette Saint-Jacques combinait des pétoncles coriaces et des épinards trop cuits dans une sauce au goût brun foncé. Escalope de seamen Pyramide, une tranche de saumon pochée à l'oseille avec une sauce velouto acceptable, était décente, mais le culte du jambon Madero ressemblait et avait le goût du jambon de la cafétéria en sauce. Terrine de grives au genièvre était juste Si un peu trop molle,

Ce poisson merveilleusement charnu et doux, l'omblechevalier, était trop cuit au port, mais le «rouget de poisson méditerranéen, grillé avec un. beurre de choux, était moelleux et bien piquant. Ce n'est pas le cas du faisan en coton sec au chou Overbolled.

Mais même si la cuisine avait connu des jours meilleurs, on pourrait penser que la direction savait toujours sélectionner les fromages. Le plateau qui nous était présenté se composait de morceaux desséchés et fêlés de types banals.

Oustau de Baumantère, Les Daux-de-Pro. Vence, (90) 97-33-07.

Baumanière est un hôtel de villégiature incroyablement beau avec des cours-jardins et des piscines, situé dans un paysage spectaculaire et surnaturel de grottes de pierre à tourelles autrefois occupées par des troglodytes. Le restaurant caverneux, ainsi que l'hôtel, est sous la direction de Raymond Thuilier, autrefois chef très respecté, mais qu'il supervise. ' maintenant est délabré. minable et déprimant. Le personnel est maussade et autoritaire.

Une note clé ici est le toast melba enveloppé dans des sacs de cellophane de marque déposée, une avance appropriée dans la bisque de homard féculente, alincy a certainement mis en conserve un ragoût de homard : des légumes doux et humides un filet de sole aqueux dans une pâte feuilletée au plomb d'un canard doux et gras avec des citrons verts qui auraient pu aider mais ne l'ont pas fait et deux des plus petites côtelettes d'agneau ratatinées imaginables. Le fromage et les pâtisseries étaient ce à quoi on pouvait s'attendre compte tenu de ce qui se passait auparavant.

Lɺrchestrate, 84, rue Varenne, Paris 7e, (1) 551.47-33.

Une salle à manger aux touches orientales témoigne de la passion d'Alain Senderens pour l'Orient. En fait, il aime tellement ça qu'il était à Ceylan quand nous étions dans son restaurant. Les prix ici sont exorbitants pour des portions presque ridiculement petites.

Pour l'apéritif nous avons essayé trois salades, une de canard et homard à la mangue et basilic assez sucrée pour être dessert, une autre de ris de veau et girolles, les champignons sauvages fumés, servis chauds et très bons, et la troisième de pétoncles pratiquement sans saveur marinés avec une salade de maïs.

Des rognons bien sautés mais fades étaient garnis de ce qu'il y avait de meilleur dans ce restaurant : des échalotes entières rôties en peau, réduites en purée de beurre.

Le pigeon désossé et découpé, d'une tendreté fondante, était servi sur une épaisse conserve de poireaux (confits de poireaux) et était le meilleur plat principal. Mais les aiguilletes de canard au vinaigre de xérès étaient aussi caramélisées que des pommes d'amour, presque immangeables.

Le plateau de fromages contenait un éventail agréable, mais les muffins aux raisins et aux noix servis avec étaient également trop sucrés. Sans surprise, la pâtisserie était bonne, car elle est censée être sucrée – la bonne femme tarte aux pommes fine comme du papier et crépitante cuite sur commande pour deux et une charlotte aux poires fraîches avec un manteau en mousseline de framboises fraîches.

Le Vivarois, 192, Avenue Victor Hugo, Paris 16e, (1) 504-04-31.

Bien que Charles Peyrot, le chef et propriétaire, soit très célébré, le dîner pour quatre que nous avons eu ici était toujours épouvantable et le service impoli et inepte.

L'intérieur se veut évidemment original mais, avec ses nappes rétrécies et fanées, ses meubles en plastique et son éclairage lugubre, il m'a rappelé les cafés des hôtels modernes en Bulgarie. La nourriture pourrait également être trouvée en Bulgarie, à commencer par une mousse de grives qui était sûrement rance et une salade de petites légumineuses qui était un mélange ordinaire de légumes froids et bouillis. Les huîtres chaudes dans une sauce chaude au curry et la sole dans un beurre blanc neigeux avec une julienne de poireaux et de carottes étaient les meilleurs plats.

La spécialité de turbot n'était pas disponible, nous avions donc à la place des goujonettes des trots poissons au poivre vert, une fine sauce au poivre vert mais sur trois poissons totalement indiscernables les uns des autres, et tous exactement comme le turbot. Nous avons demandé au serveur de quel poisson il s'agissait et il a disparu, pour ne jamais « revenir ». La pièce de bœuf poêlée aux échalotes et au foie gras était dure et trop compliquée, et l'estragonade de Bressane volatile était une parodie - du poulet au vinalgre vraiment, mais dans une sauce à la crème complètement caillée.

Lorsque le capitaine a demandé si tout était « bon », nous avons répondu qu'il s'agissait bien de « pas bon », sur lequel il a amené le capitaine lui-même, qui a demandé ce qui n'allait pas avec le poulet pratiquement intact. Lorsqu'on lui a dit, il a répondu avec un calme infini, "Je suis desolde" - mais pas la moitié aussi désolé que nous l'étions lorsque le chèque est venu avec la charge pour le poulet.

Lorsque nous avons commandé un soufflé aux noix, également répertorié comme spécialité, le capitaine nous a dit que la cuisine n'avait pas de soufflés ce soir-là. Mais nous avons expliqué que personne n'a de soufflé tant qu'il n'a pas fait de soufflé et qu'il y avait des œufs, du sucre, des noix et un four, pourquoi pas ? Il s'est conformé et nous avons eu le seul plat qui pouvait être prononcé excellent.


Soupe à l'oignon à la française

Super endroit pour regarder plusieurs téléviseurs. Soupe à l'oignon française commandée qui était délicieuse et une pomme de terre au four chargée sans crème sure. La pomme de terre est arrivée avec du beurre et de la crème sure. J'ai dû demander des morceaux de fromage et de bacon. Le mari a commandé du filet mignon de taille moyenne et il est arrivé assez rare pour moi, mais il a dit que c'était bien.

Les autres verront comment vous votez !

  • Preston H.
  • Nashville, Tennessee
  • 0 copains
  • 15 Commentaires
  • 18 Photos

Miller's Ale House a quelque chose pour tout le monde. Vous ne pouvez pas aller ici et ne pas trouver quelque chose dans le menu qui vous plaise. De plus, une fois que vous êtes assis, de nombreux écrans montrent à la fois des sports et des vidéos de personnes faisant toutes sortes de choses amusantes pour vous divertir si vos compagnons de table ou votre propre appareil mobile ne le coupent pas. La nourriture ici est bonne. J'ai apprécié mon steak au fromage philly et mes frites, ainsi que mes zingers et mes frites que j'ai eues à une autre occasion. La soupe à l'oignon française est délicieuse. Mes compagnons de table ont apprécié leur nourriture dans une certaine mesure. À mon avis, Miller essaie d'offrir quelque chose pour tout le monde à des prix raisonnables.

Les autres verront comment vous votez !

Depuis la fermeture de Logan Road House dans la région de Cool Springs, nous nous demandions ce qui prendrait son ancien emplacement. En fin de compte, Miller & Ale House est un peu une mise à niveau à notre avis.

Nous y sommes allés deux fois et bien que certaines offres de menu soient meilleures que d'autres, dans l'ensemble, nous trouvons des choses à aimer. Lors des deux visites, notre groupe a été très satisfait du chou-fleur croustillant (pâté à la bière). Il est magnifiquement frit, mais c'est une façon vraiment savoureuse de dépenser quelques calories, si vous le souhaitez.

Une autre vedette est la meilleure soupe à l'oignon française que j'ai jamais goûtée (et je ne suis pas fan de ce plat jusqu'à présent!). Ce n'est pas le bol généralement trop salé que l'on sert le plus. Mais le bouillon, le croûton de pain assaisonné et la couronne de fromage fondu (Provolone ?) complètent à merveille les copieux oignons doux.

Le pain de viande était sec et sous-assaisonné. La sauce n'a même pas aidé. César semblait un peu sous-habillé. Farmers Veggie Soup a reçu des commentaires ternes. Les ailes ont été un énorme succès avec un à notre table. Un autre a adoré les Pot Stickers. Les crevettes étaient décevantes, tout comme le steak de bœuf grillé. Les hamburgers et les côtes levées avaient l'air bien. Commandez judicieusement et profitez-en!


RESTAURANTS Ancien club de chasse et nouveau steakhouse.

''PRESENTEZ les desserts !'' le maître d'hôtel dit impatiemment à un capitaine. ''Ouvrez la serviette!'' le serveur dit sotto voce alors qu'un garçon essaye de couvrir une tache sur une nappe avec une serviette pliée.

« Nous sommes ici depuis une heure et nous n'avons toujours pas notre plat principal », dit un client au capitaine. 'ɺpportez le chèque et nous irons ailleurs.''

La cuisine est nouvelle à l'extrême, préparée sous la direction de Patrice Boely, formé auprès de Roger Verge au restaurant provençal trois étoiles Moulin de Mougins. Et parce que la cuisine est nouvelle, elle crée un certain nombre des défauts les plus graves au restaurant Polo de l'hôtel Westbury, sur Madison Avenue et 69th Street. Les arrangements et décorations complexes qui caractérisent ce style de cuisine prennent beaucoup de temps, de sorte que la cuisine est extrêmement lente. Parce que de grands couvercles d'assiettes en argent Duomo sont utilisés, les serveurs ne peuvent souvent pas identifier la nourriture en dessous et des erreurs se produisent lors du service. Et comme souvent avec la nouvelle cuisine, les assiettes chauffées au rouge peuvent contenir des aliments à peine tièdes.

Tout cela est dommage car la chambre récemment rénovée est belle, avec du bois sombre poli, des murs bronzés profonds, du laiton brillant et des imprimés de chevaux. Une foule conservatrice et élégamment vêtue se rassemble tard la plupart des soirées, à tel point que lors de l'appel pour réserver, il se peut qu'on ne vous propose que 6h30 ou 9h30. Si vous insistez sur un délai plus raisonnable, vous pouvez généralement l'obtenir. Mais laissez un invité inconnu arriver même lorsque la salle n'est remplie qu'au tiers, et la table proposée peut être près de la porte de la cuisine, où les serveurs donnent souvent des coups de pied.

La nourriture préparée dans cette cuisine trépidante varie de médiocre à excellente. Les pauvres commencent tôt, avec des canapés miniatures mous et de poisson accompagnant les boissons lorsque le serveur se souvient de les apporter. Les canapés sont du genre que vous pourriez trouver lors d'une fête de bureau, en particulier le pâté humide et aigre-doux. En fait, tous les pâtés et terrines - gibier, poisson ou viande - sont fades et détrempés. Néanmoins, il existe quelques hors-d'œuvre raffinés, tels que du homard poché et des légumes recouverts de beurre et de vermouth ou un parfait saumon d'Écosse servi avec des blinis d'un demi-dollar. Le foie de canard échantillonné avait un goût rassis et métallique. Plusieurs soupes sont excellentes, dont la crème Canalou (épinards, oignons, bouillon de volaille et crème de coco), la crème de maïs frais ou d'asperges, et une soupe de poulet à la crème inspirée avec légumes et homard.

La cuisine est la plus faible avec du poisson et des fruits de mer. Le saumon poché avec des tranches d'avocat non mûres était recouvert d'une pâte feuilletée insuffisamment cuite, et le filet de turbot poché au pamplemousse rose chaud était pratiquement insipide. Des morceaux de sole pochés avec des huîtres et des écrevisses et servis sur des épinards étaient un gâchis dans une crème trop salée, pâteuse et trop réduite.

La viande et la volaille sont généralement de bien meilleure qualité, les meilleurs étant le canard sauvage (une spécialité hors menu), le rare magret de caneton rôti aux nectarines et une épaisse côte de veau sautée, rose et tendre, agrémentée de champignons sauvages. Une entrecôte rare et tendre nappée d'échalotes légèrement fondues est également excellente. Une sauce moutarde vive rehausse un filet mignon rare, et des grains de poivre vert vif donnent le bon côté au carré d'agneau.

Les ris de veau aux fines herbes braisés au calvados et aux pommes étaient corrects, bien que moins inspirés que les autres plats principaux, et la poitrine de poulet aux cœurs d'artichauts était artificielle et sans intérêt. On peut en dire autant de l'agneau, qu'un capitaine a décrit comme étant "arrosé de miel".

Des légumes attrayants et bien cuits garnissent tous les plats, mais une salade était aqueuse et fade. Les meilleurs desserts sur le chariot de pâtisserie sont la charlotte à l'orange, une tarte aux nectarines et une tarte aux myrtilles un peu comme une crème de clafouti. Parmi les desserts plus élaborés, citons une très bonne charlotte aux poires avec une sauce au caramel, une glace au praliné aux amandes, et une luxueuse combinaison de framboises gratinées à la crème anglaise et refroidies avec une glace au miel. Les gâteaux au chocolat sont décevants, tout comme le cygne meringué fourré à la crème pâtissière à la sauce aux framboises.

Assurez-vous que le serveur ne met pas de café ordinaire dans votre tasse à expresso. L'eau qui coule est Evian, elle a la saveur terne que les Brooklynites associent à ce qu'on appelait autrefois l'eau Flatbush.

Les prix sont assez élevés et aucun n'est indiqué pour les offres spéciales hors menu. Un dîner de trois plats coûte environ 28 $ à 55 $ avant taxes, pourboire et boissons. Les vins sont environ 25 pour cent plus élevés qu'ils ne devraient l'être, par exemple un beau Calon Segur de 1977 vendu 30 $ qui est disponible dans les magasins de détail pour environ 12 $.

Si l'imitation est la forme la plus sincère de flatterie, plusieurs propriétaires de steakhouses locaux devraient rougir de fierté. Pour le menu du Ben Benson's Steakhouse, vieux de trois mois, sur la 52e Rue, entre l'Avenue des Amériques et la Septième Avenue, emprunte de nombreux plats soi-disant signature à des restaurants de steak bien connus de la ville. « Nous pensions reconnaître le Palm avec du poulet Bruno et un steak à la pierre », a déclaré M. Benson par téléphone. Ancien partenaire de Smith and Wollensky, M. Benson a pris un cocktail de poulet grillé au citron et de bébé homard dans son ancien menu de restaurant. De Kippy's Pier 52 en bas de la rue, il a eu l'idée de crabes de pierre de Floride.

Le décor du Benson's est une sorte d'antique-moderne, une pièce blanche moderne avec un plafond bas avec des boiseries teintées sombres et un bric-abrac antique, à la fois reproduction et réel. Le bruit est un problème comme dans la plupart des steakhouses et la ventilation est inadéquate, surtout lorsque les fumeurs de cigares sont en force. Le service est maladroit et lent, en partie parce que les tables sont sur deux niveaux et que les chariots doivent être montés par deux serveurs tout au long du repas.

Bien que Benson's propose quelques bons plats, il y a, compte tenu des alternatives dans cette ville, peu de raisons de recommander ce nouveau venu. Les meilleurs choix essayés étaient le bifteck de surlonge, une côte de veau épaisse, des côtelettes d'agneau triples, des pépites de poulet frites croustillantes (poulet Bruno) et du poulet au poivre citronné. Mais une telle qualité n'est pas difficile à trouver à New York, et dans d'autres restaurants, vous êtes plus susceptible de trouver des pommes de terre frites et des rondelles d'oignon croustillantes et sans graisse, des pommes de terre au four qui n'ont pas été cuites à la vapeur jusqu'à ce qu'elles soient brun rouille à l'intérieur et pommes de terre rissolées qui ne sont pas servies comme une crêpe frite collante et gluante. Les crevettes n'ont pas de goût car elles sont restées trop longtemps sur la glace, la chair de crabe est pâteuse, les artichauts passent trop de temps au réfrigérateur et le prosciutto est presque aussi sec que des copeaux de bois. Une nuit, les crabes de pierre de Floride semblaient avoir dépassé leur apogée. La nuit suivante, ils empestaient l'ammoniac et étaient gâtés. Lorsque nous les avons rendus, le serveur a dit que le chef avait insisté pour qu'ils allaient bien.

Les meilleurs apéritifs sont le bébé homard bouilli à froid dans sa carapace et la soupe aux lentilles. Le scrod frais grillé était trop cuit, le rosbif portait des traces de la table à vapeur et les homards que l'on disait grillés en sortaient d'un blanc fantomatique, dur et sans goût. Les pires plats principaux étaient un steak au poivre avec une sauce un peu comme une sauce en conserve et un foie de veau qui était désagréablement pâteux à deux reprises, suggérant qu'il avait été congelé.

La salade comprend de la laitue iceberg, parfois du sable et toujours une vinaigrette acide. Les pâtes primavera, bien que bien parfumées à l'ail, étaient trop cuites. Seuls les épinards à la crème étaient bien préparés.

Les desserts sont également décevants. Even basically good cheesecake twice tasted of onions, probably because of where it was stored in the refrigerator.

Prices are steakhouse high and completely a la carte steaks are $19.75 and lobsters $12 a pound.

Westbury Hotel, Madison Avenue and 69th Street, 535-9141. Atmosphere: Stylish and urbane hunt-club setting, noisy and cramped in some areas with inadequate ventilation service polite but slow, careless and confused. Recommended dishes: Poached lobster with vegetables, Scottish salmon, spinach soup, cream of corn or asparagus soup, chicken soup with lobster, sweetbreads, breast of duckling, wild duck, veal chop, filet mignon in mustard sauce, entrecote, rack of lamb, orange or pear charlotte, blueberry or nectarine tart, praline ice cream, gratin of raspberries. Prices: Lunch, a la carte, with main courses $22 to $35


Sur

Salut! I’m Angel and when I’m not in a research lab, singing or dancing in my living room, you will find me in the kitchen. I love to cook and now I’m dipping into baking. See, the people I love… enjoy the food I prepare and it fills my heart with so much joy. I decided to share my creations with you.

You do not understand, I have issues, I have an obsession with food. I’m always trying to make or find that perfect bite packed with flavor. During my undergraduate career, I use to write blogs for my university and sometimes my thoughts turned into mini restaurant reviews for a place I visited during a vacation. When I’m not thinking about food or eating food, you’ll find me writing about food. It always becomes a topic of a serious debate in my household. I tend to annoy my husband the most with this obsession. He just doesn’t seem to understand, food is life. Hopefully you will appreciate my food obsession.

I just love preparing a home cooked meal and creating a special moment with family and friends. It’s just a plus to also decorate the table, I believe it captures the perfect memory. Normally, I’m “extra” for special occasions like a graduation party, an anniversary, a birthday, a wedding, or a holiday. On these occasions I like to mimic restaurant quality dishes like a medium rare filet mignon with a mustard sauce served with truffle mashed potatoes and grilled asparagus. Paired with a smoky Pinot Noir and for dessert champagne ganache cake. Be on the lookout for those elegant extravagant recipes. But, on a daily basis I like to keep the meals easy and simple. That’s mostly what you’ll find here, simple meals easy to follow, great for meal prepping.

I mostly tend to bake when I’m stressed out. Just the aroma of sweets like apple pie relaxes my mind. Now, that I’m out of school, my job can be rather demanding. I find myself baking once every blue moon for my husband, my younger brother, and my mom. Let me tell you, all of their taste buds and diets are extremely different. So you will find an array of desserts if your vegan, gluten free, ketogenic, chocolate lover, low carb only kind of person, I got you!

The kitchen is my safe place. I have had good moments and bad moments in the kitchen, but with every moment I’ve created a memory that will last a lifetime. I believe food is what brings everyone together and a home is where your heart throbs with warmth. Here you’ll find an assortment of recipes some more simplistic and others more extravagant. I hope you enjoy Dulcet Scintilla and find that warm and fuzzy feeling that leaves you with a smile.

About Me

I'm a scientist who lives for food and a good cocktail. I'm eager to share simple and sophisticated restaurant worthy recipes and drinks. Welcome to the Dulcet Scintilla kitchen!


Lostpastremembered

To accomplish my assignment, I sat my grandfather down and took up my notebook and asked him about his family. That afternoon I found out that I had a Revolutionary War General in my past as well as towns and counties and streets named after a few of my ancestors in Eastern cities (for years I didn’t remember what state – it was always “in the East”). There was also some vague relationship to a famous English family although we had been in America "forever". I remember the teacher was terribly impressed.




My favorite place inside the house is the most ancient and one of finest examples of 14 th -century architecture extant. Although many great halls had fire pits in the center of the room, the great hall at Penshurst Place still has its pit and uses it for special occasions (well ventilated, I hope – the original opening in the roof was capped centuries ago).


14 comments:

Hello Deana:
What an intriguing labyrinth of detail family ancestry is and you do sound to have had great fun in tracing yours. Such a pity, however, that a titled connection to Penshurst Place was not forthcoming. It is a wonderful house and it would certainly have made great dinner party gossip to talk of one's connection to it.

As a complete aside, we are the only Hattatts remaining in the UK. We have to admit to being rather lax in tracing our ancestral lineage, only knowing of several Hattatts being buried in the church in Broughton, Hampshire. However, having read your account, perhaps we should now look into it all more closely. who knows what one may find?

Mmmm that filet of beef sounds good to me.

It is great fun tracing the family tree but I have now had enough! I have taken Nigel's back to the early 1700's and my father's line back to the 1500's. Also did my mother's line back to 1701. Sadly nobody of any great importance as far as I can see and many of them were farmers and paupers!! It was interesting while the enthusiasm lasted.

Fascinating as always. I think I'm going to make some rose vinegar.

yes -love smoked salt on meats!
Such a pity your family wasn't from there but what a house and what a history! I think your photographs are just as good as the ones from country life - your photographs constantly astond me!

The Rose Vinegar definitely appeals to me also:) What a luscious plating of beef..the beets are so beautiful too.

What an interesting story about your family history, Deana! I started reading last night but I do need to come here with a fresh mind to digest it all :) I'm glad I did.

A beautiful filet recipe! I love beef with spinach and beets and the marinade sounds delicious.

What a fascinating story - I love how you tracked every lead to put the bigger narrative together. The beef dish is a perfect symbol of a rich family story.

Good morning my dear Deana!

WELL. this is making a connection with me. Around our humble family table, I remember hearing great stories of my father's ancestors from Spain and the possible connection to KING PELAYO of Asturias. My mother could also boast a direct connection to the Bourbonnes. yes! We have a photo of her father, my grandfather, in the arms of a Bourbonne (spelling, sorry) prince. Who he was in relation to my family, is questionable. maybe an uncle. But all of this was shared at the dinner table and tales of family gatherings as well are melded into my memory. MY GOODNESS what a hall of history you share with us, and that killer recipe! This is the season to start cooking again, for this summer was more salads and cool soups.

Thank you so much for coming by to comment on my art. It is fun, I don't know how long this season will last that I can actually stay home and make it,but I do intend on preparing my studio to take photos and SEND THEM INTO publications. OH YES. I intend to do so. But this whole adventure is like a good stew it takes TIME to season and develop.

THANK YOU FOR YOUR KIND WORDS! Anita

I too found that oral histories get very confused over time - particularly when there is something that someone wishes to hide . . .

Still its a great springboard for the post and the house tour - which is lovely!

I love the look and the sound of the filet and pointed it out to my hubby who likes to cook from this period and before (his favorite book is Hugh Plat's delights for ladies).

The elderflower vinegar sounds wonderful and I'm looking forward to that as well - thanks for the inspiration!

This recipe looks incredibly tasty Deana, I appreciate such a creative use of my Rose essence! I love the rich history and gorgeous images in your work, and such wonderful personal historical connections!
xo Mandy

That was an amazing read and that house is incredible. I can't believe that Queen Elizabeth held court there. I'd love to know more about my family history :) And that beef with the vinegars? Divine!

A remarkable post on your family background and Penshurst Place.
My MIL got me interested in geneology as someone in her family researched officially and did the entire family and traced them back to their their roots. (I always promised Tracy I would get her in the DAR as I have proof, but it was complicated at the time, maybe still is, and I never got around to it.)
I tried to do it with my side of the family. Got pretty far with my dad's side, but lost my mother's father's side in Canada. It was fun, but time-consuming.
Love the story and the recipe.

(Packing is a nightmare, as you can imagine.)

I see you designed your recipe for my carnivores - rare filet. Sounds excellent.

Was your family from Broome County? We owned property there, sold a few years back, and it's really gone downhill since the recession. I know a town with your name on it. It's nice that you've found such great information confirming the stories you remember from your childhood. I had a couple of Revolutionary War soldiers in my background, too. It does make you stand a little taller, doesn't it?

What a great post. Family histories are amazing with their twists and turns. Love the vinegars. Must. Try.


Rare Filet Mignon, Brioche Crouton with Mustard Butter, Raspberry - Recipes

Enchilada Casserole With Sour Cream

Roast Beef With Mushroom Sauce

Beef Tips, Buttered Noodles, and Gravy

Stir-Fry (Chicken or Vegetable)

Italian Chicken With Garlic and Tomatoes

Cheddar Broccoli Stuffed Chicken

Ham Stuffed Chicken With Swiss Sauce

Boneless Seasoned Pork Chops

Herb Stuffed Chicken and Gravy

Honey Brown Sugar Glazed Ham

Teriyaki Pork With Diced Pineapples

Baked Fish With Herb Butter

Salmon With Dill Cream Sauce

Tomato Spinach Stuffed Portabella With Melted Feta

Blackened Tofu With Tomato Ratatouille

Grilled on hardwood charcoal

Hamburgers, Hotdogs, and Metts With Assorted Buns, Lettuce, Tomato, Onion, Assorted Cheeses, Condiments, Pickles and Relish Display, Your Choice of Two Sides, One Dessert, and Potato Chips

Marinated Chicken Breast, Brats, BBQ Ribs, Rolls/Butter, Lettuce, Tomato, Onion, Cheese Platter, Buns, Your Choice of Two Sides, One Dessert, and Potato Chips

Assortment of Chicken, Beef, Pork Skewers With Roasted Vegetables Grilled to Perfection With Your Choice of Two Sides, Rolls/Butter, and One Dessert

Includes Choice of Two Entrées, One Salad, Two Sides, Rolls/ Butter, One Dessert

Gourmet Grilled Entrées

Chicken Breast With Chardonnay Sauce

10oz NY Strip With Herb Butter

Salmon With Dill Cream Sauce

Pork Loin Steak With Mango Salsa

To accompany with the hot lunch buffet and picnics

Tossed Salad With Ranch and Italian

Loaded Baked Potato Salad

Mixed Greens With Apples, Pecans, Mozzarella With Maple Vinaigrette

Tropical Fresh Fruit Salad

Black Bean and Corn Salad

Butter Garlic Whole Potatoes

Green Beans With Mushrooms and Onion

Green Beans With Bacon and Onion

Broccoli and Cauliflower Medley

Fudge Iced Brownie Display

Includes: Glass Appetizer Plates, Cocktail Napkins, Silverware, and Décor for Buffet

Fresh Fruit Display With Yogurt Dip

Jumbo Shrimp Cocktail Skewer

Chilled Crab Dip With Baguette Chips

Mini Chicken Salad Croissants

Vegetable Platter With Specialty Dips

Ham and Cream Cheese Pinwheel

Mini Gourmet Deli Sandwiches

Bleu Cheese Walnut Puff Pastries

Italian Antipasti Display

Tomato Bruschetta With Baguette

Curry Apple Chicken Salad

Cheese Pesto Tortellini Skewer

Chilled Roasted Vegetables

Ginger Tuna on Toast Point

Crisp Pancetta With Goat and Pear

Bacon Tomato Spread Baguette

Cherry Tomato Cheese Mini Skewer

Vegetable Ball With Baguettes

Fresh Fruit, Cheese, Vegetable Display With Crackers, Hummus, and Vegetable Dip

Teriyaki Flank Steak Skewer

Chimichurri Pork Loin Skewer

Prosciutto Wrapped Shrimp

Black Bean, Chorizo, New Potato

Portabella Stuffed Brie Wheel

Prosciutto Wrapped Scallops

Empanadas (Chicken, Beef, or Pork)

Assorted Stuffed Mushrooms

Spinach Mozzarella Pinwheels

Crab Balls With Cajun Aioli

Chicken Tenders With BBQ Sauce

Artichoke Spinach Dip With Tortilla Chips

Seven Layer Chile Dip With Tortilla Chips

Spicy Crab, Corn Phyllo Cup

Mini Twice Baked Red Skins

Buffalo Style Chicken Strips

Braised Beef Short Ribs and Polenta

Buffalo Chicken Dip With Tortillas

Gouda and Apple Puff Pastry

Beer Cheese With Soft Pretzel Bites

Bacon Wrapped Stuffed Jalapeno

Honey Sriracha Chicken Skewer

Candied Apple Pork Belly Skewer

Meatballs (BBQ, Marinara, or Swedish)

Fried Cheese Rounds With Marinara

Tapas Action Stations

Cooked to order by our chefs

Penne and Bow Tie Pastas, Marinara, Alfredo, Meatballs, Grilled Sliced Chicken, Sautéed Vegetables, Romano, and Parmesan Cheese

Grilled Chicken, Roast Beef, Turkey, Toppings to Choose From Provolone, Sundried Tomato, Mushroom Ratatouille, Pesto Drizzle, Swiss, Caramelized Onion, Horseradish Sauce, Cheddar and Herb Sauce, and Assortment of Specialty Breads

Mexican Fiesta Station

Seasoned Chicken and Beef, and All the Toppings to Make the Perfect Burrito

Chicken, Pork, Steak, Wild Rice, and a Selection of Vegetables to Accompany the Stir-Fry With Choice of Brown Chinese Sauce or Sweet and Sour

Chicken, Pork, Basmati Rice, Mango Chutney, Peanuts, Cashews, Cilantro Mint Chutney, Baby Spinach, Shredded Carrots, Diced Cucumber, and Served With Mini Naan

Add sides and salads to your chef station to make the perfect dinner.

Self-Serve Tapa Station

No chef required or additional fee

Garlic Mashed With Butter, Sour Cream, Chives, Bacon, Cheddar Sauce, Hot Sauce, Chili Topping, and Broccoli Cuts

Macaroni and Cheese in Martini Glass

Corkscrew Pasta: With Cheddar and Gorgonzola Cheese Sauces. Bourbon Sausages, Chicken, Bacon Bits, Salsa, Grated Cheese, Sour Cream, and Scallions

Iceberg and Romaine Mix With Choice of Eight Toppings, Three Dressings, Two Diced Meats, and Choice of Two Home-Style Soups With Rolls/Butter

Mini Coney and Burgers

Coneys and Gourmet Hamburgers, Shredded Cheese, Coney Sauce, Mushrooms and Swiss, Cheddar, Pepper Jack, Bacon, Salsa, and Condiments

Tortilla Chips With Nacho Sauce and Seasoned Ground Beef With Jalapenos, Sour Cream, Salsa, Red Onion, Tomatoes, and Black Beans (Add Chorizo)

Includes Nacho Sauce, Chili, Jalapenos, Sour Cream, Salsa, Bacon, Red Onion, Salsa

Choice of Two Snacks: Cookies, Brownies, Mini Desserts Snack Mix, Mixed Nuts, Assorted Chips Includes Assorted Soda and Bottled Water (Add Fruit, Cheese, Vegetable Display With Crackers, and Dips)

Mini Pulled Pork or Chicken

Slowly Roasted With Mini Buns and Choice of Sauces

Mini Crab Cake and Cheese Steak Sliders

Cheesesteak Sliders With Roasted Peppers and Onion With Provolone, and Crab Cakes With Cajun Aioli With Fresh Soft Slider Buns

Includes Soft and Hard Shells, Ground Beef, Cheddar, Sour Cream, Salsa, Lettuce, and Jalapeno

Stuffed With Mashed Potatoes, Toppings to Include Bacon Bits, Caramelized Onions, Sour Cream, Jalapenos, Cheddar and Feta Cheese, Salsa, and Chives

Assortment of Gourmet Pizzas (BBQ Cheddar Chicken, Spinach Tomato Feta, Meatlovers, and Cheeselovers)

Sushi (60 Pieces Total)

Shrimp Tempura, Hawaiian, Bulls Eye, Futomaki Roll, Tuna Roll, Salmon Roll, and Asparagus Roll

Artichoke Spinach Dip, Buffalo Chicken Dip, and Housemade Beer Cheese With Pretzel Bites and Tortilla Chips

Accompanied With Gourmet Sauces and Assorted Artisan Rolls

Slow Roasted Medium Rare Prime Rib

Slow Roasted Medium Rare Filet Mignon

Semi Bar for 5.5 Hours (Three Choices of Bottled Beer, Chardonnay, Merlot, White Zinfandel, and Soda)

Add Liquor, Mixers, and Juices

Assortment of Soft Drinks

Coffee, Ice Tea, Lemonade (Dinner Menu Beverages Are Included)

Specialty Drink Station (in Clear Beverage Containers With Silver Spout)

Includes Sweet Tea With Sliced Lemons, Strawberry Lemonade With Sliced Strawberries, Water With Fresh Limes

Coffee Bar Selections

We proudly serve 100% Colombian coffee and Bigelow Teas elegant regular, decaf, hot water with assorted flavored teas, flavored and regular creamers, assorted sugars, Baileys and plain whipped cream, chocolate chips, cinnamon and nutmeg shakers, and

Hot Chocolate Bar With Chocolate Shavings, Mini Marshmallows With Whipped Topping

Mulled Hot Cider (Seasonal)

Dinner Buffet or Family-Style Options

Options: One Entree, Two Entrees, Three Entrees

Includes China, Silverware, Cloth Napkin, Glassware, Coffee, Iced Tea, Lemonade, Four Sides, Rolls, and Honey Butter

(Additional charges apply for family and served style.)

Click Here to Add a Title

Breaded Chicken Cordon Bleu

Proscuitto Wrapped Chicken

Slow Roasted Turkey and Gravy

Individual Chicken or Beef Pot Pie

Apple Almond Chicken Breast

Chicken or Beef or Veg Stir-Fry (Rice Is Included as One of the Side Options)

Carved Top Round With Horseradish Sauce

Sliced Beef in Mushroom Sauce

Thinly Sliced Beef Brisket With Au Jus

Beef Tenderloin Medallions With Rich Homemade Au Jus

Ancho Telapia, Queso Fresco

Bacon Wrapped Stuffed Pork Loin

Porchetta (Italian Rolled Pork)

Bleu Stuffed Beef Tenderloin

Honey Brown Sugar Glazed Ham

Roast Pork Tenderloin With Pan Au Jus

Diced Pineapple Teriyaki Pork

Mango Roasted Pork Tenderloin

BBQ Baby Back Pork Riblets

Beef Short Ribs on Polenta Cake With Raspberry Chipotle Sauce

Raspberry Chipotle Chutney Pork

Horseradish Crusted Salmon

Arugula Pine Nut Cheese Ravioli

Rice Stuffed Bell Pepper With Tomato Coriander Sauce

Spinach Salad With Tomatoes, Roasted Peppers, Maple Bacon and Vidalia Dressing

Romaine Lettuce With Mandarin Oranges, Toasted Almonds, Feta, Rasp, Vinaigrette

Mixed Greens With Artichokes, Mozzarella, Roasted Peppers, Lemon Thyme Vinaigrette

Field Greens With Bleu Cheese, Walnuts, Dried Cranberries, Red Wine Vinaigrette Greens With Apples, Mozzarella, Candied Pecans With White Wine Vinaigrette

Greens With Pecans, Pears, and Cranberries With House Vinaigrette

Loaded Baked Potato Salad

Black Bean and Corn Salad

Garlic Rosemary Mashed Potatoes

Herb Tossed Roasted Red Skins

“O’Brian” Au Gratin Potatoes

Green Beans With Mushroom and Onion

Green Beans With Bacon and Onion

Fresh Peas With Mushrooms and Onions

Sweet Corn With Bell Pepper Medley

Sliced Maple Glazed Baby Carrots

Cheddar Macaroni and Cheese

Baked Potato, Butter, and Sour Cream

Broccoli Casserole With Fried Onions

Butter and Garlic Whole Baby Potatoes

Sundried Tomato and Olives Pasta

Artichoke/Leek Gratin Over Rice

Seasoned Roasted Vegetables

Penne Pasta With Roasted Tomatoes, Arugula, and Garlic Extra Virgin Olive Oil

Click Here to Add a Title

One Salad, Two Sides, Rolls/Butter, Coffee, Tea, Lemonade, and All China and Glassware

Off the buffet entrée and sides menu

One Salad, Three Sides, Rolls/Butter, Coffee, Tea, Lemonade, and All China and Glassware

Off the buffet entrée and sides menu

(Chef fee applies to all plate up dinners.)

Desserts and Stations

NY Cheesecake Crème Brulee Style

Mini Dessert Display (Chocolate Mousse, Cheesecakes, Éclairs, Crème Puffs)

Chocolate Fudge Cake With Caramel Sauce

Pecan Pie With Bourbon Sauce

Key Lime Pie With Whipped Topping

Berries in Balsamic Yogurt Drizzle (Seasonal)

Add Scoops of Vanilla Ice Cream

Specialty Gourmet Mini Desserts

Raspberry Parfait in Martini

Chocolate Mousse in Shot Glass

Strawberry Apple Crisp in Martini

Vanilla Crème Bruleé in Chinese Spoon

Irish Crème Mousse in Shot Glass

Chocolate Dipped and Drizzled Strawberries

Pot de Crème in Chinese Soup Spoon

Assorted Mini Gourmet Dessert Platter

Choice of Four Chocolate Mousse Tart, Chocolate Eclair, Chocolate Drizzle Crème Puff, Assorted Cheesecakes, Carrot Cake Drops, Apricot Shortbread Bar, Cookies, Fudge Iced Brownies, and White Cupcakes With Strawberry Icing

Large Chocolate Fountain (Feeds Up to 150 People)

Your Choice of Four Dippers

Fountain Dippers: Strawberries (Seasonal), Marshmallows, Pretzels Sticks, Graham Crackers, Oreos, Vanilla Cake, Nilla Wafers, Peanut Butter Cookies, Potato Chips, Sliced Apples

This unique bar has special-size containers with six different choices of candies with clear bags and small scoops to make it easy for your guests to fill their bag with treats.

Your Choice of Candies: Sweet Stripes, Peppermints, Skittles, Starburst, Twizzlers, Reese’s Pieces, Plain or Peanut M&M’s, Kisses, Tootsie Rolls, Gourmet Jelly Beans, Assorted Mini Chewy Candy Bars, and Assorted Mini Hershey Bars


COVID-19 Surcharge

To help offset restrictions on our business resulting from the COVID-19 crisis, a 5% surcharge has been added to all guest checks. If you would like this removed, please let us know

La description:
The Supper Club Menu is served from 11:30am – 5:30pm daily, Dine-in and Carry Out. $26.95 per person

To Start

Glass of Wine or Non-Alcoholic Beverage

Freshly Baked Ciabatta Bread

First Course

Cup of Cream of Tomato-basil Soup

Second Course

Barbecued Ginger Atlantic Salmon

Oven-Roasted Atlantic Salmon

Housemade Potato Gnocchi tomato-vodka sauce

Chopped Steak sautéed peppers & onions

Finale


Yogi Kale Salad

The #1 trick to making a salad with kale is messaging the fibrous greens until the leaves are supple and easy to eat. It also helps to tear the leaves off the hard center stem running the length of the leaf.

Vile Weed. Those were the words of Seinfeld’s Newman, not mine, referring to broccoli. And they are words that my darling husband and dear son also loved to toss around whenever they saw me bringing home bags of kale (not broccoli) thank goodness! I’d cry if my family didn’t like broccoli.

Come on, guys, vile weed. Vraiment. Kale is a Super Food for crying out loud!

Aside from all the great press kale has gotten from the holistic crowd and Super Food status it’s gain in the last few years, it has had a hard time finding a place at our table.

Granted, the first time I served it, I steamed it and it was rather fibrous and it did get stuck in our teeth making us look like green-toothed mer people from the darkest regions of the ocean. So I can’t blame them that much.

Fast forward six years later, I was at Urban Breath Yoga studio in St. Louis working on my 200 FYT and trying to be being oh so healthy.

Breathe in… exhale… My mind wandered to a nice thick buttery medium rare filet mignon and… breathe in… an ice cold martini with blue cheese stuffed olives… exhale… focus dammit focus… downward dog… chocolate cake with butter raspberry filling… oh crap, everyone is in tree pose and my tush is still up in the air…

We broke for lunch and being oh so enlightened, I brought almonds, goat cheese, raspberries and a little salad I picked up at Whole Foods. It wasn’t the herb crusted butter steak that I really wanted, but it would have to do.

The salad was bright with deep colors. Jewel-like red cranberries were nestled in dark green kale and I could see toasted pine nuts peeking through here and there. This was promising. It even smelled good, like lemons and sunshine. I took a bite and it était gooooood.

The kale was soft and lemony and did not get caught in my teeth. It had tang from the lemon vinaigrette, sweetness from the cranberries, earth from the toasted pine nuts and kale, and just a bit of minced shallots to tie it all together.

Oh yeah… I am so making this at home. If my family doesn’t like it, more for me!

I did make it the following week. My family was surprised how much they liked it. Here’s the crucial step you must absolutely positively must not skip: after you chop the kale into small pieces (nickel to quarter size), give it a massage, a really good deep tissue massage.

Roll up your sleeves and get your hands in there. This will break up the fibrous tissue of the leaf and makes all the difference between wishing you had a fourth stomach to help digest it and enjoying a soft and compliant vegetable.

Fresh yogi kale salad – It’s a bright balance of sweet and savory full of colorful super foods.


Perfect for summer celebrations! Whether it&rsquos date night, a birthday, anniversary, or other milestone, this meal will impress your guests and tantalize your taste buds.

For a complete meal, serve it with Screaming Skillet Green Beans and follow it with a Citrus Dream Tart. Want more peach mango flavor? Check out my recipe for Steamed Artichokes with Spicy Peach Mango Sauce or see my complete collection of summer recipes.

If you like this recipe, please give it a FIVE STAR rating and share with your friends!


Voir la vidéo: Cleaning Beef Tenderloin Chain (Octobre 2021).