Recettes traditionnelles

Les 101 meilleurs restaurants d'Amérique pour 2018 Galerie

Les 101 meilleurs restaurants d'Amérique pour 2018 Galerie

Si vous mangez aux États-Unis et que vous souhaitez vivre les meilleures expériences culinaires possibles, ce guide est fait pour vous

Remarque : il s'agit du classement 2018 des meilleurs restaurants américains. Pour le classement 2020, veuillez cliquer ici.

La tâche de choisir les meilleurs restaurants de notre pays - comme nos panélistes vous le diront sûrement - devient plus difficile chaque année, car le nombre d'excellents endroits pour manger continue de croître. Alors que notre intérêt et notre appréciation pour la bonne nourriture continuent d'augmenter - et que de plus en plus de grands chefs forment de plus en plus jeunes - la nourriture fantastique continue de se répandre à travers l'Amérique. Les paysages culinaires exceptionnels des grandes villes s'améliorent, tandis que de nouvelles et différentes scènes culinaires naissent dans tous les coins du pays, attirant et inspirant à leur tour des cuisiniers plus talentueux. Tout cela rend de plus en plus difficile le classement des meilleurs restaurants du pays, mais aussi de plus en plus intéressant et intrigant.

101 meilleurs restaurants en Amérique pour 2018

Remarque : il s'agit du classement 2018 des meilleurs restaurants américains. Tout cela rend de plus en plus difficile le classement des meilleurs restaurants du pays, mais aussi de plus en plus intéressant et intrigant.

#101 The Continental, Naples, Floride.

La communauté de premier plan du golfe de Floride, à Naples, ne manque pas de restaurants, dont au moins quelques-uns appartiennent à D'Amico and Partners, la société de développement et de gestion de restaurants née à Minneapolis. Le Continental est un steakhouse intérieur-extérieur élégamment rauque, avec du bœuf Iowa Premium Black Angus, piémontais, wagyu japonais et wagyu américain de Snake River Farms dans des coupes assorties, parfaitement cuites, avec des accompagnements qui incluent les épinards sautés et les pommes frites attendus, mais aussi des haricots verts et wax avec du beurre de jambon Serrano et des amandes , gratin de pommes de terre au jambon serrano et Parmigiano, et poutine au canard et saucisson de foie gras. Il y a aussi le non-steak, bien sûr - des choses comme des entrées de carpaccio de limande à queue jaune avec des jalapeños, des huîtres cuites au four "Joe Beef", une côtelette de porc Kurobuta grillée, un sandwich au pastrami fumé à la maison et en tranches épaisses garni d'oignons caramélisés et de gruyère, et un hamburger spectaculaire. Des cocktails animés (le Wanna Shake Your Tree combine de la vodka de Floride avec du vin mousseux, de la pêche et du basilic), une belle carte des vins et de la musique live tous les soirs complètent l'ensemble.

#100 Cúrate, Asheville, Caroline du Nord

Le nom de ce bar à tapas populaire d'Asheville, situé dans l'ancien dépôt de bus de 1927 de cette ville animée, signifie « soignez-vous » - et si ce qui vous afflige est un appétit insatisfait pour une cuisine espagnole authentique et pleine de saveurs, vous êtes au bon endroit. Les propriétaires Katie Button (également le chef exécutif) et Félix Meana sont des vétérans de l'empire d'elBulli et José Andrés (ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux dans l'un de ses restaurants à Washington, D.C.), et ils connaissent très bien les tapas. Dégustez leurs croquettes de jambon, patatas bravas, ensaladilla rusa, tortilla española, saucisse butifarra aux haricots blancs ou paella aux légumes, et fermez les yeux pour vous retrouver en Espagne. Les desserts de la chef pâtissière Carmen Vaquera (meringue "gin & tonic", crème au chocolat noir avec sorbet à l'orange et noix de maïs confites, etc.) valent la peine d'être économisés.

#99 Rustic Canyon, Santa Monica, Californie

Cette ville balnéaire "bar à vin et cuisine de saison", chaleureusement mais pas exactement rustique, est l'apanage du chef Jeremy Fox, un vétéran de Manresa à Los Gatos, l'Ubuntu végétarien ultime désormais fermé à Napa, et celui de Daniel Patterson Prune à Oakland. Il a transformé ce qui a commencé comme un très bon pub gastronomique en un restaurant confiant, idiosyncratique, glorifiant les légumes (mais à peine végétarien) qui mérite d'être classé parmi les meilleurs restaurants de LA. Oui, les populaires amandes à la lavande Fox servies à Ubuntu sont au menu, et il y a des offres comme des spaetzle de graines de courge grillées avec de la courge délicate, du beurre brun et de la sauge; mais il y a aussi la porchetta et sa saucisse calabraise grillée aux lentilles et à la giardiniera d'hiver, et la très copieuse côte de bœuf vieillie à sec pour deux avec pudding Yorkshire et sauce au poivre vert. La salle regorge toujours de convives qui semblent très satisfaits d'un tel prix - bien que la carte des vins bien organisée (viognier biodynamique AmByth Estate de Paso Robles, Tenuta San Francesco E'ISS de Campanie, quatre millésimes de l'élégant Château Musar du Liban…) a sans doute quelque chose à voir avec le niveau de contentement.

#98 Rôti, Détroit

Michel Symon est l'un des chefs les plus intrépides, les plus amusants et les plus imprévisibles d'Amérique, et à son entrée sur la scène culinaire de Detroit, tout cela est évident et plus encore. Le menu du dîner à Rôti contient des torsades délicieuses et inattendues, notamment des pierogies à la joue de bœuf, de la poitrine de porc glacée à l'érable avec panais et pomme, et du homard avec des spaghettis faits maison - et la sélection de steaks ne trompe pas. Des plats comme le filet mignon avec une béarnaise de crabe, une lanière de New York vieillie à sec avec de la moelle osseuse et du pesto de basilic, un faux-filet vieilli à sec avec de la relish d'oignons grillés et du cresson, et un porterhouse vieilli à sec pour deux montreront immédiatement pourquoi Symon est l'un des produits de Food Network. Chefs de fer.

#97 Camino, Oakland, Californie

Le chef Russell Moore a ouvert Chemin avec Allison Hopelain en 2008 après avoir passé 20 ans chez Alice Waters Chez Panisse, où il a écrit le menu du café à l'étage pendant au moins 12 ans. Il a apporté la même philosophie d'aliments frais, locaux et de saison - et de menus quotidiens - à son entreprise. Il n'y a que trois feux dans la cuisine de Camino, et il n'y a donc que trois plats principaux tournants, chacun étant la responsabilité d'un seul cuisinier tous les soirs. Les offres actuelles comprennent du hareng local mariné avec une salade d'agrumes et du curcuma frais; Ragù de porc mijoté et girolles avec gruau et oseille et magret de canard grillé et cuisse de canard mijotée avec faro, chou, grenade et amandes. L'idée est que les cuisiniers gardent un contrôle total sur tout ce qui est cuit sur le gril et dans le four à bois. C'est le genre de dévouement qui a fait du restaurant un favori local, et Moore 2015 un demi-finaliste pour le prix James Beard's Best Chef: West. Le livre de Moore et Hopelain, C'est Camino, a été nommé pour un James Beard Award 2016.

#96 Upland, New York City

Ce grand, lumineux, perpétuellement animé Établissement de l'avenue du Parc, qui fait partie de l'empire en constante expansion du Philadelphien Stephen Starr, avec le Californien Justin Smillie en charge de la cuisine, est l'endroit parfait pour manger tout usage. À l'heure du déjeuner, il y a un assortiment petit mais bien organisé de salades, pizzas, pâtes et sandwichs à des prix faciles à vivre. Le dîner s'étend à des spécialités italiennes (Smillie a remporté trois étoiles du New York Times pour sa cuisine italienne à Il Buco Alimentari & Vineria) comme les gnocchis poêlés à la tomate, aux rampes et au peperoncino ; cabillaud en croûte de graines de lin avec risotto de blé concassé; et la porchetta de Flying Pigs Farm avec des haricots anciens et des tomates rôties. Le menu du brunch propose de tout, des beignets faits maison aux œufs "en enfer" (épicés avec des piments fresno) aux spaghettini avec un œuf au plat. La carte des vins internationale judicieuse comprend un certain nombre de belles bouteilles dans la fourchette de 50 $ à 75 $ - pas vraiment bon marché, mais acceptable pour un bon restaurant de Manhattan.

#95 Ristorante Bartolotta, Milwaukee

Ristorante Bartolotta/Yelp

Le célèbre chef Paul Bartolotta restaurant italien phare est situé à la périphérie de Milwaukee et attire des visiteurs du centre-ville depuis plus de 20 ans. Un incontournable est le Uovo in Ravioli (un seul gros raviolo enrobant de la ricotta, des épinards et un jaune d'œuf entier coulant). Parmi les autres produits phares, citons les pappardelles coupées à la main avec un ragoût de canard braisé lentement, un demi-poulet rôti sous une brique, un assortiment de fruits de mer grillés, un filet de bœuf au feu de chêne avec purée de pommes de terre et sauce à la truffe noire d'Ombrie, et tout ce qui se trouve sur le menu de saison à trois plats du chef ce jour-là.

#94 Hugo's, Houston

celui d'Hugo ouvert en 2002 dans un bâtiment restauré d'inspiration latine conçu par Joseph Finger (également responsable de l'hôtel de ville de style Art déco de Houston) et s'est lancé dans une approche régionale diversifiée de la cuisine mexicaine. Le chef Hugo Ortega, finaliste du prix James Beard 2013 du meilleur chef : Sud-Ouest, cuisine des plats élégants, inventifs et inspirants. Commandez le très attendu barbacoa d'agneau braisé à l'ail et aux piments puis rôti lentement à l'agave, et, pour le seul nom, les manchamanteles - décrits dans le menu comme le "tasseur de nappe" - un plat de porc et de poulet mijoté à la taupe.

#93 Mission chinoise, San Francisco

L'innovation du chef Danny Bowien Point de repère de San Francisco mélange les genres avec bonheur et succès. Le cadre de base peut être chinois (bien que Bowien soit lui-même né en Corée), mais il y a le tzatziki du Moyen-Orient avec les boulettes d'agneau frites de Westlake, la sauce de poisson thaïlandaise caramélisée avec le collier de hamachi frit à la campagne, et l'huile d'olive et les piments calabrais avec les légumes verts cuits à la vapeur . Et puis il y a les burritos au mapo au porc et au mapo aux champignons - et bien sûr le célèbre pastrami kung pao. Tout est fait avec une telle autorité (et un bon sens du goût) que rien ne semble jamais fantaisiste. Ce n'est pas un endroit pour les palais timides - les épices et le piquant sont à l'ordre du jour - mais c'est l'un des restaurants les plus originaux d'Amérique. (Bowien dirige également une succursale de la ville de New York, servant un menu considérablement plus large - ne manquez pas le bacon et les gâteaux de riz cuits trois fois avec du melon amer et de la peau de tofu sucré ou les bouts de côtes d'agneau sel et poivre avec oignons carbonisés, dattes, cornichons , et pita au levain avec crème de kéfir.)

#92 Miller Union, Atlanta

La cuisine simple et inspirée de la ferme est le nom du jeu chez le chef Steven Satterfield restaurant d'Atlanta sans prétention, à la maison, et cela lui a valu plusieurs nominations aux James Beard Awards. Membre actif de Slow Food Atlanta et habitué des marchés fermiers de la ville, Satterfield transforme des ingrédients frais de saison en pièces raffinées mais accessibles sur des classiques régionaux. Beignets de grain au jambon de pays et tomme de Thomasville ; huîtres rôties à la crème d'huîtres fumées et jambon de pays ; caille grillée aux pacanes, céleri-rave, pomme, pissenlit et canneberge; et l'épaule de porc braisée avec polenta, champignons, légumes verts et tomate verte ne sont que quelques exemples de ce que vous pourriez trouver sur le menu en constante évolution.

#91 Jitlada, Los Angeles

Jitlada, un restaurant de vitrine à Thai Town, a été une institution de la Los Angeles scène culinaire pendant des décennies, mais on pourrait affirmer qu'elle a gagné une masse critique après que le critique Jonathan Gold l'a souligné en 2007. Bien qu'il ait toujours été connu pour faire très bien tous les plats thaïlandais standard, vous devez créditer le chef du sud de la Thaïlande Suthiporn Sungkamee (qui est malheureusement décédé l'année dernière) et sa sœur Sarintip « Jazz » Singsanong pour avoir introduit des spécialités du sud de la Thaïlande qui, jusqu'à il y a quelques années, ne se trouvaient nulle part ailleurs en Amérique. Essayez le kua kling (bœuf au curry sec), le khao yam (salade de riz de style Songkhia mélangée à des crevettes séchées, de la noix de coco grillée, de la citronnelle, des feuilles de lime kaffir et une sauce sucrée) et tout ce que Jazz recommande.

#90 Taco Maria, Costa Mesa, Californie

Carlos Salgado, qui a travaillé au Coi trois étoiles Michelin de Daniel Patterson à San Francisco parmi d'autres restaurants acclamés de la région de la baie, a déménagé au sud du comté d'Orange, ouvrant Taco Maria en 2013. Le nom à consonance modeste de l'endroit cache un restaurant très original de la plus haute qualité, produisant ce que Salgado appelle la « cuisine de l'Alta California », basée autour du cœur de la vraie cuisine mexicaine : le maïs, de variétés anciennes cultivées dans de petites fermes au Mexique et nixtamalisé en interne. Tout comme Enrique Olvera le fait dans son Cosme and Atla à New York, Salgado élargit les possibilités de cette cuisine la plus vivante et la plus variée. Les plats peuvent inclure des broccolini au chorizo ​​et aux amandes grillées ; tacos de morue noire avec aïoli d'échalotes grillées, chou et kumquats; et poulet avec haricots canneberges, hominy et piments shishito. Le menu du brunch comprend une variante frappante des huevos rancheros - huevos pescador, à base d'esturgeon fumé et de dashi hollandais. La carte des vins comprend un échantillonnage de bouteilles de la région viticole de Baja California.

#89 Charleston, Baltimore

Ouvert depuis 1997 sur le front de mer de Baltimore, Charleston est dirigé par le restaurateur Tony Foreman et la chef Cindy Wolf, cinq fois finaliste du James Beard Award (2006, 2008 et 2014-16). Classé meilleur restaurant de Baltimore par Zagat depuis des années, la cuisine de Charleston est (comme son nom l'indique ) inspiré du Lowcountry de Caroline du Sud, mais il fait également bon usage des ingrédients locaux et sert à mettre en valeur la formation française de Wolf. Il existe quatre menus de dégustation dont le prix va de 79 $ (trois plats) à 124 $ (six plats), et le menu change tous les jours. Les exemples de menus incluent du whisky, du foie gras et de la soupe de pommes de terre avec de l'huile de truffe noire d'hiver fraîche; huîtres frites à la semoule de maïs avec mayonnaise citron-cayenne; sébaste sauvage poêlé, fricassée de champignons et beurre blanc citronné ; pigeonneau new-yorkais poêlé, risotto aux truffes noires d'hiver fraîches et réduction de porto ; et ris de veau en cocotte au foie gras poêlé, champignons maitake, macaroni et crème de cognac. La carte des vins de Foreman compte 800 bouteilles et vaut vraiment la peine d'être explorée.

#88 City Grocery, Oxford, Mississippi

La ville très unie d'Oxford, dans le Mississippi, a ouvert les bras au chef originaire de la Nouvelle-Orléans, John Currence, lorsqu'il a lancé Épicerie de la ville en 1992 et n'a jamais lâché prise. Attrapez une table sur le balcon du deuxième étage s'il ne fait pas trop chaud dehors et dînez sur les plats préférés du sud comme les crevettes et le gruau ou une muffaletta (offert uniquement au déjeuner, quand vous aurez du mal à choisir entre cela, le hamburger et le rôti de bœuf po' boy), ou laissez-vous tenter par de délicieux plats comme les côtes levées braisées au bourbon, les cuisses de poulet mijotées à l'adobo et la côtelette de porc farcie aux pommes et au fromage de chèvre avec une purée de pommes de terre nouvelles. N'oubliez pas que Currence a créé le meilleur des deux mondes pour lui-même, quelque chose dont vous voudrez probablement profiter quand vient le temps de prendre un dernier verre : un restaurant de chef en bas et le genre de bar où un chef voudrait traîner après travailler à l'étage.

#87 Bazar Viande, Las Vegas

Ayant conquis la cuisine espagnole à la fois traditionnelle (Jaleo et son Camion de nourriture Pepe) et avant-gardiste (Le Bazar, mini-bar, é), les styles de cuisine de la Méditerranée orientale (Zaytinya), la cuisine américaine historique (la taverne America Eats qui rouvrira bientôt) et la cuisine mexicaine-chinoise (Chine Poblano), portoricain-espagnol (Mi Casa) et sino-péruvienne (Chine Chilcano) et pan-asiatique (Nouilles Ku), à quoi s'est attaqué ensuite José Andrés, toujours énergique ? Hmm. Et la viande ? À son Ville du péché entreprise Viande de bazar (dans le Hôtel SLS Las Vegas), le menu par Le chef américain de l'année 2012 du Daily Meal Andrés' regorge de saveurs espagnoles et de bouchées emblématiques comme le foie gras de barbe à papa, les bagels et le cône de lox, et les olives Ferran Adrià, ainsi qu'un vaste bar cru et de la "viande de la mer" (du poisson pour vous), mais l'accent est mis de manière appropriée de viande. Découvrez le menu de carpaccio, tartare, charcuterie et, oui, de sérieuses côtes de bœuf de Californie, de l'Oregon et de Washington - y compris un chateaubriand du Brandt Beef du Golden State - servi avec une sauce à la truffe et des pommes soufflées.

#86 Riz gras, Chicago

Un bon exemple d'un modeste restaurant de quartier qui dépasse largement son poids, Riz gras, dans le quartier de Logan Square à Chicago, sert des plats savoureux sans prétention, magnifiquement préparés et inspirés en grande partie de la cuisine de Macao - le territoire chinois autonome (et paradis des casinos) qui a été appelé le Hong Kong du Portugal. La cuisine macanaise commence à partir d'une base chinoise, mais intègre des influences non seulement de son maître colonial ibérique de longue date, mais aussi de l'Inde - y compris Goa, une autre ancienne colonie portugaise - et de diverses parties de l'Asie du Sud-Est. Les saveurs salées, terreuses et acidulées sont partout sur le menu insolite: goûtez des plats tels que des crevettes au chili avec de l'ail et des haricots noirs fermentés, une soupe portugaise traditionnelle de pommes de terre et de saucisses, une côtelette de porc au curry avec des pommes de terre et des aubergines et le « riz gras » traditionnel macanais chargé de viandes, de fruits de mer et de saucisses, et vous commencerez vous vous demandez où cet idiome culinaire unique et particulièrement satisfaisant a été toute votre vie. La sélection de vins portugais, petite mais bien organisée, est un plus.

#85 Holeman & Finch, Atlanta

Cette Atlanta incontournable sert l'un des meilleurs hamburgers en Amérique, certains meilleur poulet frit en Amérique, et l'un des meilleurs brunchs en Amérique, et nous l'avons classé parmi les les meilleurs bars d'Amérique, alors comment ne pas être aussi l'un des 101 meilleurs restaurants d'Amérique ? Si les distinctions susmentionnées ne sont pas claires, ce restaurant, sous les auspices du chef cuisinier Linton Hopkins, sert des créations brillantes mais accessibles qui vous captiveront encore et encore. Ici, chaque repas est une aventure : restez simple avec du fromage au piment, des huîtres frites et un cheeseburger (fait entièrement à partir de zéro et sérieusement l'un des meilleurs que vous ayez jamais eu), ou gastronomique avec un torchon de foie gras, filet de chevreuil enrobé de bacon avec verdures d'hiver et millefeuille de pommes de terre, ou truite des Appalaches avec risotto de chou-fleur et brocoli.

#84 Chi Spacca, Los Angeles

Bernadette L./Yelp

Chi Spacca ("celui qui fend" - en d'autres termes, "couperet" - en italien) a été qualifié de "speakeasy à la viande" à juste titre. Dans ce restaurant, les accompagnements comme les dattes medjool salées chaudes et les colliers de sériole rôtis au labneh et au zhug ne sont que des accessoires pour le reste de ce menu axé sur la viande. Le menu du chef Ryan Denicola met en valeur une bistecca fiorentina de qualité supérieure de 220 oz et 50 onces vieillie à sec et une costata alla fiorentina de New York de 36 onces et 150 $ de qualité supérieure, vieillie à sec. Et selon le critique gastronomique du Los Angeles Times Jonathan Gold, la seule raison pour laquelle il n'y a pas de steak de 80 onces au menu est « parce qu'il a été souligné que 350 $ était probablement plus que quiconque était prêt à dépenser pour un morceau de viande, aussi spectaculaire soit-il, et qu'aucun des les tables du restaurant pouvaient accueillir suffisamment de personnes pour finir la chose. Malgré tout cela, il serait injuste de ne pas noter que Chi Spacca ne concerne pas l'excès, mais l'art de la viande. Vous pourriez vous mettre au défi de découvrir quelqu'un de plus engagé dans la nuance et la délibération de la charcuterie, mais vous auriez du mal à trouver de nombreux égaux à l'approche de Chi Spacca.

#83 Estela, New York

Qu'obtenez-vous lorsque l'ancien Blue Hill à Stone Barns le directeur des boissons Thomas Carter s'associe à un chef d'origine uruguayenne qui a travaillé avec Le maître-grill argentin Francis Mallmann et l'icône Slow Food Alice Waters, et à Est un et Il Buco? L'un des restaurants les plus branchés de New York. Ce joyau de NoLita propose un menu relativement compact et changeant rarement d'assiettes à partager avec une orientation largement méditerranéenne. La cuisine du chef Ignacio Mattos A été décrit aussi simple en apparence tout en étant à la fois étrange mais juste. Il ne devrait peut-être pas être surprenant que le conseils qu'il a donné en 2014 lors d'une interview ressemble à celui d'un pionnier culinaire : faites votre propre truc, vendez moins et livrez trop, arrêtez de trop penser à tout et laissez tomber l'acide. D'accord, il parlait donc d'agrumes et de vinaigre, mais une partie de sa philosophie va à l'encontre de nombreuses tendances actuelles : ignorer les saisons, cuisiner ce qui est familier, perdre la pince à épiler et gagner avec du pain. L'exécution à Estela ne décevra pas. Parmi les plats les plus remarqués du chef, citons son tartare de bœuf à la topinambour et son escabèche de moules. Pour quelque chose de plus copieux, essayez le porc ibérique avec chou et coing ou le steak avec béarnaise au sésame noir et navets. Et vous ne voudrez probablement pas manquer la burrata avec salsa verde et pain carbonisé et l'endive aux noix, anchois et ubriaco rosso, ce que le président Obama et sa femme ont commandé leur visite fin 2014.

#82 Everest, Chicago

Fidèle à son nom, le joueur de 31 ans Everest domine de la tête et des épaules de nombreux Les autres restaurants haut de gamme de Chicago — littéralement, depuis son perchoir au 40e étage du Bâtiment de la Bourse de Chicago, mais aussi gastronomique, à travers la cuisine française hors pair du chef d'origine alsacienne Jean Joho. En effet, le critique gastronomique du Chicago Tribune, Phil Vettel, l'a appelé le «meilleur grand restaurant de Chicago» (bien que, comme il le note, sa vue orientée vers l'ouest soit dépourvue d'intérêt architectural - ses salles privées sont celles avec vue sur la ville). Le menu change pour refléter les saisons, mais les offres actuelles incluent le bouillon de châtaigne du Michigan avec confit de canard confit et croûton brioché; Pétoncles de la baie de Casco avec choucroute de fenouil et jus de poulet au tokay; et le fameux bar sauvage au four à l'alsacienne. La carte des vins de 1 600 bouteilles étonne presque autant que la vue, surtout en raison de sa collection de grands vins de la région d'origine de Joho, l'Alsace.

#81 Rose's Luxury, Washington, DC

Ce petit, sans réservation maison de ville aménagée et son salon à l'étage est l'idée originale du chef Aaron Silverman, qui s'est diversifié après avoir passé du temps à travailler pour des David Chang, Sean Brock, Marco Canora, et Georges Mendès (il a remporté le James Beard Award 2016 du meilleur chef : Mid-Atlantic pour ses efforts, et dirige également un autre point névralgique majeur de D.C., Ananas et Perles). Son petit menu présente des saveurs internationales (parfois plusieurs dans un plat) avec une touche résolument américaine, et même si la sélection est petite (juste une poignée de petites assiettes, quelques pâtes et deux plats de style familial), elle est toujours riche en saveurs. et créativité. Attendez-vous à trouver des plats comme le « pastrami » de carottes avec du beurre fumé, du seigle et de la choucroute ; saucisse de porc avec habanero, cacahuètes et litchi; Steak de lame de porc mariné à la thaïlandaise avec salade de chou nahm prik; agnolotti de ricotta au kumquat et patate douce ; et poitrine fumée de style familial avec pain blanc, raifort et salade de chou. Les options végétariennes sont toujours clairement identifiées, les prix sont très raisonnables et 25 centimes de chaque repas servi servent à nourrir les enfants dans le besoin.

#80 Ventre, Houston

Des chefs comme Chris Shepard d'Underbelly ont contribué à galvaniser la scène culinaire de Houston ces dernières années. Il a insisté pour avoir une boucherie sur place ici dans son premier restaurant, et il travaille avec les meilleurs éleveurs et agriculteurs de Houston pour le meilleur produit possible. VentreL'approche de la ferme à la table n'est pas la seule chose qui le distingue dans une mer de restaurants de Bayou City : le restaurant se consacre à raconter « l'histoire culinaire » de sa ville, remontant jusqu'à ses racines créoles. Attendez-vous à des plats comme de la charcuterie maison avec des cornichons et du pain grillé, une épaule de bœuf fumée avec un macaroni au fromage et au piment et une salade de chou de retour, et de la chèvre et des boulettes braisées à la coréenne ; chaque plat est un clin d'œil à la ville. Hits histoire, et ses immigrants. Vous devrez cependant vous dépêcher si vous voulez découvrir Underbelly sous sa forme originale; il ferme en mars et rouvrira avec un nouveau nom – UB Preserv – et un concept peaufiné dans un nouvel espace plus tard cette année.

#79 O Ya, Boston

Le chef Tim Cushman apporte des sushis innovants et des plats néo-japonais connexes à son menu avec imagination et flair, accompagnés d'un large choix d'excellents sakés et vins, dans une salle à manger sobre dont la simplicité dément la complexité des saveurs dans l'assiette. Cushman a remporté le Prix ​​James Beard 2012 du meilleur chef : Nord-Est. Dans ce sanctuaire du North End, vous pouvez vous attendre à déguster des plats comme le hamachi avec de l'oursin chilien mariné au soja et au yuzu ; Ora king saumon avec blé de soja moromi non filtré (la purée à partir de laquelle le saké est fermenté); et omble chevalier salé au yuzu avec cassant de sésame, aïoli au cumin et coriandre. Pour un séjour vraiment inoubliable Oh oui expérience, essayez de vous asseoir au comptoir pour regarder la délicieuse cuisine se créer devant vous dans ce qui est définitivement l'un des meilleurs restaurants de sushis d'Amérique. Et avec un deuxième avant-poste de sushi (ainsi qu'un lieu à thème méditerranéen, Covina) à New York, Cushman partage l'amour.

#78 Oyster Club, Mystic, Connecticut.

Comme son nom l'indique, ce petit bar-restaurant côtier de la Nouvelle-Angleterre est célèbre pour ses huîtres. Ils sont écaillés dans le petit bar brut et les offres du jour sont griffonnées sur un tableau en bois flotté. Avec six bières pression, 200 vins à la bouteille et 16 au verre, une gamme de spiritueux axée sur le whisky et huit cocktails signature, The Club de l'huître propose une boisson pour tous les goûts. Le chef James Wayman est connecté à tous les meilleurs producteurs de l'est du Connecticut, et son menu écrit à la main, changeant quotidiennement, de la ferme et de la mer à la table propose de tout, de la chaudrée de palourdes (style Nouvelle-Angleterre ou Rhode Island) à un seigle fait à la main. ramen avec tofu mijoté et dashi aux champignons au burger populaire (saisie sur fonte et servie avec Grafton Cheddar, bacon fumé, mayo Worcestershire, échalote caramélisée et un petit pain brioché avec frites maison.) Il y a un aspect nez-à-queue à la cuisine aussi ; les offres récentes ont inclus la mousse de foie d'oie avec la mostarda aux dattes et les bucatini aux cœurs de canard, aux rognons et aux gésiers. Des plats plus simples, en grande partie grillés au bois, sont servis pendant les mois d'été dans une cabane en plein air à l'étage.

#77 Topolobampo, Chicago

Topolobampo est nommé pour une ville portuaire sur le golfe de Californie dans le nord-ouest de Sinaloa. Chez ce cousin d'à côté un peu plus chic et plus ambitieux de son populaire Gril Frontera, Rick Bayless sert une cuisine mexicaine irrésistible d'un genre qu'on ne trouve pas en dehors de certains des meilleurs restaurants du Mexique lui-même, même là-bas. Il est difficile de croire que cela Chicago l'institution a maintenant plus de 25 ans, d'autant plus qu'une refonte il y a quelques années a donné au restaurant une toute nouvelle atmosphère, celui qui fait que les critiques tombent amoureux à nouveau. Les plats sont servis dans trois menus de dégustation différents : une dégustation d'hiver de 90 $ à cinq plats (y compris un cochon de lait rôti lentement avec du piment rouge et une taupe de châtaigne), une dégustation classique de cinq plats à 100 $ (y compris l'asada impérial Wagyu grillé au bois et la truite de mer avec escabèche aux canneberges) et un menu précolombien de 120 $ à sept plats, entièrement composé d'ingrédients mexicains indigènes.

#76 Orge Porc, Austin

Cette hotspot d'Austin, huit ans propose un menu de saison en constante évolution qui s'articule autour de la présentation d'ingrédients locaux de saison et n'a pas peur d'avoir un peu de fantaisie. Les invités ont la possibilité de grignoter une sélection d'assiettes partagées ou de sauter pour une dégustation du chef à 10 plats (à un prix raisonnable de 95 $). Les petites assiettes peuvent inclure un tartare de bœuf Akaushi avec du chou frisé à la bière; nouilles à la peau de porc avec sauce piquante, amandes et crevettes ; carotte fumée au chèvre et chili aux champignons ; et carnitas de face de porc avec patate douce, pomme et noix de pécan; l'actuel Chef's Tasting propose une crème au maïs soufflé avec de la peau de poulet; Crevettes du Golfe au chou-fleur et kalamansi; jambon de canard glacé aux brocolis grillés et œuf de canard au plat; et ganache de foin aux noix d'hiver et confiture de lait. Assurez-vous de consulter la liste des bières stellaires et ne manquez pas l'happy hour qui tue, "Swine Time".

#75 Valentino, Santa Monica

Pour plus de 40 ans, l'emblème de Piero Selvaggio à Santa Monica Valentino a établi la norme pour la gastronomie italienne en Amérique. Il servait de vraies pâtes italiennes et des choses comme le radicchio et le vinaigre balsamique quand ils étaient exotiques dans ce pays; il absorbe les inspirations de la nuova cucina et modernise sa carte sans perdre le contact avec la patrie ; il a survécu aux tremblements de terre et aux ralentissements économiques et à l'assaut de nouveaux endroits branchés qui auraient pu pousser son restaurant dans la catégorie Boring Old Standby - mais il ne l'a pas fait. Aujourd'hui, il se tourne de plus en plus vers la cuisine régionale italienne, notamment celle de la Sicile, dont il est originaire, et de la Sardaigne, ville natale du chef Nico Chessa. Oui, vous pouvez avoir du prosciutto et du melon ou des spaghettis alla carbonara ici, et ils seront impeccables, mais pourquoi ne pas essayer la crudita di pesce (les "suchi" italiens marinés aux agrumes et à la colatura di alici, une sorte de sirop d'anchois), le lasagne della nonna (lasagne de grand-mère) avec ragù de champignons et canard, ou l'ossobuco de veau avec risotto milanais ? La carte des vins est l'une des plus grandes et des plus riches d'Amérique, et le service y est l'un des Les meilleurs restaurants italiens du Daily Meal en Amérique, est parfait.

#74 Café Annie, Houston

Victoria M./Yelp

Membre du Conseil des repas quotidiens Robert Del Grande était l'un des pionniers de la cuisine moderne du sud-ouest (ou texane moderne). Il a cuisiné des plats français lorsqu'il a repris la cuisine du restaurant de sa belle-sœur, Café Annie, au début des années 80, mais a progressivement commencé à intégrer le tex-mex et d'autres influences du sud-ouest dans sa cuisine. Les enchiladas de lapin, faites avec des restes de viande d'une préparation à la française, sont devenues son premier plat signature, et au fil des ans, il a ajouté des délices tels que la terrine de haricots noirs, les tostadas à la chair de crabe et le filet de bœuf frotté au café. Le restaurant d'origine a déménagé en 1989. Deux décennies plus tard, le deuxième emplacement a été démoli pour faire place à un nouveau complexe à usage mixte, dans lequel Del Grande a installé une version mise à jour du restaurant, baptisée RDG & Bar Annie. En 2016, l'endroit est revenu au Café Annie, en mettant l'accent sur les steaks vieillis (y compris ce filet) et la côte de bœuf, ainsi que les fruits de mer du Golfe, les ceviches et les sashimis assortis, et les « Texas Signatures » comme la caille grillée au bois avec des saucisses de chevreuil Hill Country, le genévrier et le miel du Texas. Une enchilada du jour (parfois du lapin), des flautas de poulet croustillant et des tacos au steak mexicain sont disponibles à l'heure du déjeuner. Le répertoire de Del Grande continue de s'étendre et la cuisine ne cesse de s'améliorer.

#73 Lucques, Los Angeles

La chef Suzanne Goin a été nominée pour le James Beard Outstanding Chef of the Year Award chaque année de 2008 à 2013 pour son premier effort, Lucques, qui a ouvert ses portes en 1998 et reste aussi bon que jamais. Le restaurant brille avec une salle à manger chaleureuse, un patio enchanteur et un menu de plats lumineux et savoureux (verts d'hiver avec betteraves rasées, avocat, grenades, orange sanguine et la relish épicée aux herbes et au piment du Moyen-Orient appelée zhoug ; paillard de poulet harissa grillé aux pois chiches, fenouil, menthe, yaourt au concombre et feta), à base de matières premières issues de sources « guidées par des principes de durabilité ». C'est l'un de ces endroits qui n'essaie pas d'innover tous les jours ; tout se passe bien.

#72 Fearing's, Dallas

Restaurant de la peur/Yelp

Situé dans Le Ritz Carlton, Dallas, La peur propose une cuisine moderne du sud-ouest américain avec une approche de la ferme à la table. En effet, avec Stephen Pyles et Conseil des repas quotidiens membre Robert Del Grande, chef Dean Fearing (également membre du Daily Meal Council) a en quelque sorte écrit le livre sur la cuisine texane moderne (un de ses livres de cuisine s'appelle littéralement La Bible de l'alimentation du Texas). Que signifie « cuisine moderne du sud-ouest de l'Amérique » ? Taco de crevettes grillées avec mangue et oignon rouge mariné; enchilada de côtes levées au barbecue avec queso fundido; faux-filet de wagyu grillé au mesquite avec sauce à la vadrouille de l'ouest du Texas; et "Texas carpaccio" - bœuf wagyu à l'huile d'olive du Texas, grana padano, câpres croustillantes et betteraves dorées marinées. Avec de nombreux restaurants sur place, les convives peuvent choisir parmi n'importe quoi, du patio extérieur à la galerie plus haut de gamme. Si vous dînez aux côtés du chef dans Dean's Kitchen ou à la table du chef, recherchez le chef exubérant; il est presque toujours présent. Et assurez-vous de commander sa soupe de tortilla signature.

#71 Norman's, Orlando

Connu comme le père fondateur de la cuisine du Nouveau Monde, le chef Norman Van Akenmembre du Conseil des repas quotidiens - est acclamé pour sa fusion de saveurs latines, caribéennes et asiatiques utilisant des techniques européennes traditionnelles. À Normand dans le Ritz Carlton Orlando, vous pourrez manger dans la somptueuse salle à manger ou sur le restaurantla terrasse extérieure donnant sur le lac de l'hôtel, le parcours de golf 18 trous conçu par Greg Norman et les jardins luxuriants. (Norman’s a été classé n ° 37 au La liste du Daily Meal des meilleurs restaurants d'hôtels dans le monde.) Le menu change selon la disponibilité des ingrédients de saison; il présente actuellement le cobia de Floride « aguachile » ; côte de porc grillée goyave-pasilla avec purée de malanga-céleri, chayotte et farro aux champignons sauvages; et épave de l'Atlantique poêlée avec purée de courge, gnocchis de patates douces et maduro.

#70 Scampo, Boston

Chef primé James Beard et Membre du Conseil des repas quotidiens Lydia Shire est l'un des chefs légendaires de Boston, et son restaurant, Scampo, est l'un des meilleurs restaurants italiens où vous dînerez. Bien qu'italien de cœur, Shire n'a pas peur d'incorporer un four tandoori ou du jambon ibérique espagnol dans le mélange, et le menu est amusant et ludique. Les pains faits à la main se déclinent en sept variétés. Il y a un "bar à mozzarella" complet, cinq plats de saison à base de mozzarella fraîche (il suffit d'opter pour la dégustation de mozzarella, vous savez que vous voulez). Les spaghettis sont garnis de crépitements et de piments forts et la pizza est garnie de palourdes blanches et de bacon, entre autres. Les entrées comprennent du poulet en brique avec une purée d'ail noir et un risotto au citron Meyer, des raviolis de saucisse cotechino avec mousse de truffe et chou frisé violet, et une côtelette braisée avec du céleri-rave fouetté. C'est l'un de ces menus où littéralement tout a l'air délicieux… mais nous attendrons vendredi soir, quand le spécial est le cochon de lait rôti.

#69 Alan Wong's, Honolulu

Lorsque votre restaurant définit essentiellement une cuisine, il y a fort à parier que vous devriez continuer à faire ce que vous faites. Tel est le cas à celui d'Alan Wong, un point de repère d'Honolulu où les plats régionaux hawaïens haut de gamme de Wong, y compris le homard poché au beurre avec des ormeaux, des champignons et de l'huile d'oignon vert, et des boules croustillantes d'ahi poke enveloppées de won ton avec de l'avocat et de la sauce wasabi, font une déclaration culinaire depuis 1995. Et avec une relation étroite avec les agriculteurs et la société agricole d'Hawaï, les dîners de la série Farmer de Wong frappent près de chez eux pour les autochtones et les touristes. Assurez-vous de commencer votre repas par la dégustation de beurre local.

#68 Highlands Bar & Grill, Birmingham, Alabama.

Ce restaurant légendaire se concentrait sur les ingrédients locaux et durables avant que quiconque n'invente l'expression « locavore ». Highlands Bar & Grill a mis la scène culinaire de Birmingham sur la carte lors de son ouverture en 1982, et le chef et copropriétaire Frank Stitt, membre de Le Conseil du Repas Quotidien (qui le dirige avec sa femme, Pardis) a déjà été intronisé au Who's Who of Food & Beverage de la James Beard Foundation. Le restaurant a été nominé sept fois pour le restaurant exceptionnel. À quoi s'attendre d'un repas chez Highlands ? Il est parfois préférable de l'entendre directement de la source : « Nous servons un menu qui change tous les jours selon la technique française classique, incorporant les aliments de notre région du Sud. Nous aimons le panier en constante évolution que chaque récolte permet, des premiers œufs d'alose printanière aux crabes à carapace molle vivants et vifs bleu-vert qui arrivent quelques semaines plus tard. Les haricots à coquille, les tomates, le gombo et la pastèque de l'été apportent un sourire. Le gibier par temps plus frais de la venaison et de la caille, des légumes-racines et des légumes verts crée de la nourriture. Nos plats sont préparés avec respect et retenue pour laisser transparaître la bonté inhérente à chaque ingrédient.

#67 Gotham Bar & Grill, New York

Plus Restaurants de la ville de New York se considéreraient chanceux de même avoir une critique dans le New York Times. Depuis son ouverture en 1984, Gotham Bar et Grill a été revu pas moins de six fois par la Dame Grise. Encore plus impressionnant, il a marqué 15 étoiles - cinq critiques trois étoiles (quatre est la meilleure) depuis que le chef Alfred Portale a pris ses fonctions en 1985. Le style culinaire pourrait être appelé le nouveau classique américain, ce qui se traduit par des plats tels que le tartare de thon albacore avec Vinaigrette de concombre japonais, shiso et gingembre sucré au miso ; foie gras poêlé de la vallée de l'Hudson aux figues fraîches, amandes grillées, avoine, compote de fruits secs et purée de dattes ; et branzino grillé avec haricots canneberges, chorizo, fenouil caramélisé, oignons cippolini et romesco. Vous voulez entendre une anecdote amusante sur le style d'empilage caractéristique de Portale pour le dressage des aliments ? Le chef a dit qu'il provenait de lui à essayer de trouver des moyens de faire plus avec moins."Plutôt que d'essayer de cuisiner un gros morceau de poisson, je le couperais en deux morceaux minces, puis je les empilerais."

#66 Frasca Food & Wine, Boulder

Dans la région du Frioul, au nord-est de l'Italie, une frasca est un restaurant agricole en bordure de route, servant une cuisine régionale simple. Nourriture et vin de Frasca capture l'esprit de ces lieux, tout en défendant la grande diversité des ressources culinaires uniques du Colorado. Les propriétaires Bobby Stuckey et Lachlan Mackinnon-Patterson ont créé un espace chaleureux et invitant qui peut accueillir un dîner improvisé ou une soirée gastronomique. Ils offrent trois menus uniques qui changent quotidiennement - un menu à quatre plats pour 85 $ (avec des plats également disponibles à la carte); un menu « Friulano Tradizionale » de spécialités régionales frioulanes à 115 $ ; et un menu dégustation de quatre plats à 50 $ le lundi.

#65 Babbo, New York

Les critiques, les philosophes et les chroniqueurs de la culture pop se sont longtemps demandé, certains plus clairement que d'autres, si nous pouvions séparer l'art de l'artiste. Pouvons-nous apprécier les compétences d'un Roman Polanski, d'un Floyd Mayweather Jr., sachant ce que nous faisons de la façon dont ils ont traité leurs semblables et (surtout) les femmes ? Que diriez-vous d'un Mario Batali ? Batali a incontestablement influencé le paysage culinaire américain, à travers ses restaurants, livres de cuisine et émissions de télévision, ainsi que ses marché italien à plusieurs unités Eataly. Les accusations portées contre lui (que Batali ne semble pas avoir réfutées) suggèrent-elles - ou exigent-elles - que nous ne devrions pas fréquenter les entreprises avec lesquelles il est ou a été associé ? C'est une décision que chacun de nous doit prendre personnellement (sans doute en gardant à l'esprit qu'un empire commercial complexe comme celui de Batali emploie un grand nombre de personnes qui sont probablement innocentes de mauvaise conduite mais qui seraient affectées par un boycott de Batali). Sur la base des preuves actuelles, peu de convives ressentent le besoin d'éviter le vaisseau amiral de Batali, Babbo. Même s'il aura 20 ans cette année, il est toujours difficile d'y trouver une table, même après des révélations dommageables sur son créateur. L'art, dans ce cas comme dans tant d'autres, semble transcender l'artiste. Plats incontournables ? Considérant que le menu est devenu sa propre liste des plus grands succès, c'est un choix difficile. Vous pouvez explorer l'Italie par terre et par mer avec des choses comme le poulpe grillé dans une vinaigrette épicée au limoncello ou le pied de cochon milanais, mais vous voudrez probablement vous assurer d'essayer au moins les lettres d'amour à la menthe avec des saucisses d'agneau épicées ; spaghettis noirs aux crevettes de roche, salami calabre épicé et piments verts; et raviolis de joue de boeuf.

#64 Animal, Los Angeles

Il est difficile de croire qu'il y a à peine sept ans, les chefs Jon Shook et Vinny Dotolo étaient considérés comme des renégats culinaires pour présenter des plats comme la tête de cochon croustillante avec du riz à grains courts, de la sauce bouledogue et des œufs de soja ; os à moelle avec chimichurri et oignons caramélisés; et ris de veau croustillants à la sriracha noire et au citron vert. Malgré (ou à cause de) leur réputation de carnivores extrêmes, Shook, Dotolo et leur restaurant Animal sont devenus des piliers de la scène culinaire américaine, et leurs créations ont fait revenir les chefs et les civils pour en savoir plus. À ce stade, Shook et Dotolo font pratiquement partie de Los Angeles vieille garde, avec d'autres efforts, comme Trois Mec, Vieille fripouille, Petit Trois, la journée franco-mexicaine uniquement Trois Familias, et leur joint « California Italian » Jon & Vinny's reprenant une partie de leur attention. Mais l'original petit, bruyant et perpétuellement encombré qui leur a valu la renommée établit toujours la norme pour une cuisine sans compromis, entièrement américaine (lire: multi-accentué) et simple. Où commander de la cervelle de veau au vadouvan, purée d'abricots et carottes ou un foie gras/loco moco/œuf de caille/Spam burger ?

#63, rue Fore, Portland, Maine

Rue de l'avant Le menu rôti au bois attire régulièrement les convives depuis 1996. Les moules, les pétoncles plongeurs, le poulet et la longe de porc rôtis au tourniquet, le steak de cintre mariné et d'autres produits de base, accompagnés de légumes cultivés ou cueillis dans les fermes et les champs à proximité, sont les les agrafes du menu changeant selon les saisons ici. Fore Street est tout au sujet du foyer, du charme rustique et du manque d'artifice. La scène centrale de la cuisine ouverte fascine, ses chefs derrière un vaste bloc de boucher travaillant le four en briques tandis que des flammes nues lèchent la viande qui tourne sur une rôtissoire, des braises volantes. Le copropriétaire et chef Sam Hayward a été un pionnier des plats de restaurant d'origine locale et cuisinés simplement à Fore Street. Alors que cet emplacement de la ferme à la table propose le menu le plus frais du côté nord de la ville, la famille de restaurants Hayward's Portland s'est agrandie pour inclure Rue & Compagnie et Entreprise de boulangerie standard, et Balance.

#62 Lantern Restaurant, Chapel Hill, Caroline du Nord

Pour beaucoup, le chef Andrea Reusing Lanterne n'a pas besoin d'être présenté. Le restaurant d'inspiration asiatique avec un priorité forte à l'utilisation d'ingrédients de Caroline du Nord et a gagné une large reconnaissance. Le chef Reusing est le lauréat du prix James Beard 2011 du meilleur chef du Sud-Est, et le restaurant a été demi-finaliste pour le prestigieux prix James Beard Outstanding Restaurant cette année. Le menu est variable, mais les points forts incluent jarret de porc cuit en rouge de la Chapel Hill Creamery avec anis étoilé, riz cuit à la feuille de lotus, jambon Edward, champignons locaux et cresson braisé.

#61 The Greenhouse Tavern, Cleveland

Le restaurant phare du célèbre chef originaire de Cleveland, Jonathon Sawyer, qui a remporté un James Beard Award (Meilleur chef : Great Lakes) en 2015 pour ses efforts, La taverne de la serre a joué un rôle énorme dans la remise de Cleveland sur la carte culinaire. Le style caractéristique et le sens de la fantaisie de Sawyer se traduisent par un menu riche en viande, plein de saveurs audacieuses, fumées, acidulées et riches en umami, et il transforme les ingrédients locaux en plats que vous devez voir (ou manger) pour y croire. Ceux-ci incluent des oreilles de porc croustillantes avec une sauce barbecue au sésame et des échalotes croustillantes; foie gras de palourdes vapeur au beurre et oignon rouge brûlé ; poulet frit Tabasco vieilli en barrique; tacos à la langue de porc fumée et à la joue de porc braisée sur des tortillas à base de maïs de l'Ohio; côtelette de porc poêlée saltimbocca au jambon de pays, brouiller, et sauce aux yeux rouges; frites garnies de bacon, œufs au plat, moutarde à grains entiers, fromage mozzarella en grains et sauce brune; une tête de cochon rôtie sauce barbecue, salade de crudités, brioches, citron vert et coupes de laitue ; et l'un des meilleurs hamburgers de la ville. Si ce n'est pas déjà évident, un repas à The Greenhouse Tavern est une aventure culinaire, une balade que vous aurez envie de refaire encore et encore.

#60 Galatoire's, La Nouvelle-Orléans

Un point de repère de la rue Bourbon, le galatoire sert une cuisine créole classique de style NOLA depuis de nombreuses générations. (Il a été ouvert par l'immigrant français Jean Galatoire en 1905 dans un espace qui était un restaurant depuis 1830.) La salle à manger du rez-de-chaussée est comme une chaîne temporelle, avec de hauts plafonds, des ventilateurs à aubes lentes, des miroirs sols carrelés et patères en laiton tapissant les murs tout autour de la pièce (les messieurs doivent porter des vestes après 17 heures et toute la journée le dimanche). Il y a un immense menu exécuté par le chef Michael Sichel qui a peu changé au cours du siècle dernier et plus, et la cuisine est bien meilleure qu'elle ne devrait probablement l'être. Vous aurez envie de goûter à des plats à l'ancienne comme la soupe de tortue au sherry, les huîtres en brochette, le gombo gombo aux fruits de mer, une variété de poissons et de crustacés de saison, le poulet Clemenceau et la tarte aux pacanes à fond noir pour le dessert. Quoi que vous fassiez, assurez-vous de commander le recette la plus demandée), la rémoulade de crevettes, mais aussi les légendaires pommes de terre soufflées, qu'il faut goûter pour comprendre à quel point elles sont spéciales. De nos jours, tout le monde peut cuisiner ici (avant il fallait faire la queue), mais allez-y avec un habitué si vous le pouvez ; de cette façon, vous aurez la garantie d'un bon service (les habitués ont leurs "propres" serveurs) et peut-être un avant-goût de quelque chose qui n'est pas au menu.

#59 Bestia, Los Angeles

Situé dans un ancien entrepôt industriel dans le quartier des arts du centre-ville de LA, le seul indice donnant aux convives Bestia's l'emplacement est son nom peint à la bombe et son valet de chambre dans la ruelle près de l'entrée principale. À l'intérieur, Bestia dégage une atmosphère architecturale urbaine haut de gamme avec des murs en briques apparentes, des sols en béton et une cuisine ouverte où le chef Ori Menasche (qui possède le restaurant avec sa femme, la chef pâtissière Geneviève Gergis) élabore des créations d'inspiration italienne presque miraculeuses qui ont a fait de son restaurant l'une des réservations les plus difficiles de LA depuis son ouverture il y a trois ans. Les éléments de menu les plus remarquables comprennent une large sélection de salumis maison, des os à moelle rôtis avec des gnocchettis aux épinards, des pizzas avec du nduja épicé maison et du chou noir, et des spaghettis au homard et à l'oursin. Un incendie de cuisine en août a fermé le restaurant, mais il a rouvert deux semaines plus tard.

#58 Avec, Chicago

Le point de repère des assiettes partagées de la Méditerranée et du Midwest de Paul Kahan à Chicago, Avec, en activité depuis 2003, a été conçu à l'origine comme un bar à vin. Alors que le vin est toujours l'un des points forts du restaurant (avec 130 bouteilles à un prix compris entre 20 $ et 90 $), ce restaurant certifié vert étonnamment abordable a bâti sa réputation en transformant des ingrédients frais locaux du Midwest en interprétations uniques de plats méditerranéens traditionnels. Le chef Perry Hendrix (qui a succédé au vainqueur de James Beard Koren Grieveson en 2010) prépare de petites assiettes comprenant de la brandade fouettée avec du pain à l'ail et de la ciboulette, une bruschetta d'oursins avec du jambon cru et des graines de moutarde marinées, et un steak de boucher à 18 $ avec courge-amande risotto et céleri-rave; les grandes assiettes comprennent du poisson entier rôti au caldo verde, des palourdes, des moules, des topinambours et du beurre de piri piri; paella au four à bois avec poulet confit, boudin d'escargot, crevettes et aïoli à la mandarine ; et épaule de porc rôtie lentement avec ribollita toscane de chou frisé et vinaigrette salade de pommes et ricotta. Avec un préavis de 24 heures, vous pouvez également obtenir une épaule d'agneau entière rôtie avec pita, meze et sauces. Ne sautez pas l'assiette de fromages.

#57 Momofuku Ssäm Bar, New York

Repas dans ce restaurant en constante évolution Point chaud de l'East Village ont séduit les critiques et gagné des adeptes fidèles depuis le début, et ce n'est pas étonnant. La nourriture de David Chang propose des saveurs audacieuses d'inspiration asiatique, comme son déjeuner canard et son dîner populaire bo ssäm (épaule de porc cuite lentement, huîtres, riz, kimchee et sauces à envelopper dans des feuilles de laitue bibb). Chang continue d'être l'enfant cool culinaire tout en cimentant son statut de chef de premier plan en élargissant constamment son empire, et tout ce qu'il touche semble se transformer en or (un faux pas rare, Momofuku Nishi, a été judicieusement réorganisé en un restaurant italien en octobre aux critiques généralement positives). En tant qu'influence sur les jeunes chefs, en tant qu'animateur de la scène des restaurants du centre-ville de New York et en tant que très bon cuisinier, Chang mérite tous les éloges qu'il a reçus.

#56 Pêche, Nouvelle-Orléans

Pêcher démontre que le chef Donald Link peut glorifier le poisson aussi bien que le porc (principalement à son célèbre Cochon). Nommé l'un des Les 50 meilleurs nouveaux restaurants de Bon Appétit en 2013, et la maison des lauréats du James Beard Award pour Meilleur chef South Ryan Prewitt et Stephen Stryjewski, le restaurant s'articule autour d'un foyer ouvert à charbon. Le poisson entier grillé quotidien - peu importe ce que c'est - est toujours un choix judicieux, mais les toasts aux crevettes, la trempette au thon fumé, la bisque de crevettes au curry, le gombo aux fruits de mer et les écrevisses avec jalapeño capellini sont tous addictifs. Les classiques comme le poisson-chat étouffé ne devraient pas non plus être négligés, et vous feriez bien de commencer par un plateau de fruits de mer.

#55 Melisse, Santa Monica, Californie

Le chef-propriétaire de cette salle à manger élégamment aménagée de Santa Monica, Josiah Citrin, est un vieux pro - son curriculum vitae comprend des passages au Vivarois autrefois trois étoiles à Paris, l'innovant Wolfgang Puck Chinois sur le plat principal, et l'emblème de Joachim Splichal Patine - mais il n'y a rien de fatigué dans sa cuisine. Les spécialités toujours délicieuses qu'il sert sur les différents menus de dégustation - il a ici deux étoiles Michelin - vont de la salade de betteraves à l'huile d'olive panna cotta, endives rouges, mûres, fèves de cacao, amandes et vinaigre balsamique au black bass avec amer feuilles, orties et vinaigrette au pamplemousse et au canard des Fermes Libert en croûte de coriandre avec navets, mandarines et sauce à l'orange, le tout superbement et uniformément préparé.

#54 Trois Mec, Los Angeles

La chérie du Scène gastronomique de Los Angeles, Trois Mec est une collaboration entre le célèbre chef Ludo Lefébvre et Jon Shook et Vinny Dotolo, ceux Animal et Vieille fripouille pionniers de la restauration nez-à-queue en Californie du Sud. Trois Mec (qui se traduit vaguement par «trois gars») est l'un des nombreux restaurants qui vendent des billets au lieu d'offrir des réservations, alors entrez dans cette ancienne pizzeria du centre commercial pour goûter au menu à cinq plats (110 $ par personne, sans compter alcool) peut être un défi (les billets sont en vente le premier vendredi de chaque mois, pour les réservations du mois). Lorsque vous entrez, cependant, attendez-vous à avoir l'un des dîners les plus avant-gardistes de Californie - et peut-être même du pays. Qu'est-ce que ça veut dire? Autrefois, des plats comme le ceviche de crabe dormeur ; asperges blanches des Pays-Bas pochées au beurre, ailes de poulet confites, petits pois anglais et une noisette de mousse de foie de volaille ; et filet de boeuf au beurre de cacahuètes fumé. Attachez-vous et profitez-en.

#53 Canlis, Seattle

Canlis est un véritable point de repère du nord-ouest du Pacifique. Il est ouvert depuis 1950 et sert des plats frais et de saison plus raffinés qu'avant-gardistes dans un espace rustique-moderne dont l'utilisation de bois et de pierre indigènes évoque les forêts et les ruisseaux. Canlis était révolutionnaire lors de son ouverture en raison de son architecture époustouflante (Roland Terry et Pete Wimberley ont collaboré sur un design original destiné à faire écho à Frank Lloyd Wright) et un menu pionnier de la cuisine haut de gamme du Nord-Ouest (que le fondateur Peter Canlis a essentiellement inventé), et il ouvre toujours de nouvelles voies tout en gardant les classiques, tels que le célèbre Canlis salade (romaine, bacon, menthe, origan et romano avec une vinaigrette au citron, huile d'olive et œuf cocotte), au menu. L'ancien chef du restaurant Jason Franey, qui est parti il ​​y a quatre ans pour reprendre la cuisine du Restaurant 1883 à Monterey, a appelé sa cuisine à Canlis « Cuisine de geek du confort », définissant cela comme « appartenant à un style de cuisine, à savoir, celui qui utilise une technique moderne sans trop attirer l'attention sur lui-même ou s'aliéner le convive. » Cette idée semble avoir est resté en place avec le chef Brady Williams à la barre (qui est venu de Roberta à Brooklyn), avec un menu proposant une expérience de menu dégustation uniquement de plats classiques et contemporains, parmi lesquels le steak tartare de wagyu et les crevettes tachetées sautées, tous deux basés sur des recettes de Peter Canlis ; Crabe dormeur au navet, miso et jaune d'œuf; agneau avec chou-fleur, oignon perlé et menthe; et cabillaud aux légumes racines marinés et velouté de palourdes. Notez que les copropriétaires actuels Brian et Mark Canlis tentent de maintenir la réputation du restaurant en tant que Seattle restaurant le plus chic en demandant aux hommes de porter un costume ou une veste de sport.

#52 Café Boulud, New York

Après une succession de trois grands chefs - Andrew Carmellini, Bernard Chemel et Gavin Kaysen - a contribué à gagner et à maintenir une solide réputation pour ce élégant, poli Etablissement français aux accents internationaux sur le site du restaurant original Daniel du contremaître Daniel Boulud, Aaron Bludorn - qui avait travaillé au regretté Cyrus à Napa lorsqu'il a remporté sa deuxième étoile Michelin - maintient le niveau. Boulud sait évidemment les choisir. Bludorn sait faire classique et bien le faire (bar rayé avec purée de pommes, mini poireaux et sauce meurette). Il peut évoquer vivement la saison (bœuf Wellington au rutabaga, céleri-rave, chou, moutarde de Dijon, trompette royale et sauce au poivre), et il semble avoir une touche instinctive avec les cuisines régionales et internationales célébrées sur le menu "Le section "Voyage" (actuellement, le Japon est à l'honneur avec, entre autres plats, des coquilles Saint-Jacques d'Hokkaido avec navet Hakurei, uni, courge kabocha et réduction orange-miso). Dans le paysage des restaurants haut de gamme en constante évolution de Manhattan, le Café Boulud conserve une cohérence admirable.

#51 Spiaggia, Chicago

Des décennies avant que Mario Batali et Michael White ne réinventent la cuisine italienne raffinée, Tony Mantuano a enseigné Chicagoiens comment savourer une cuisine italienne raffinée à Spiaggia (« plage » en italien). Mantuano a remporté d'innombrables distinctions, dont le James Beard Award 2005 du meilleur chef du Midwest, et a été nommé Meilleur restaurant italien de Chicago par The Daily Meal. Réouverture après une refonte en 2014 (son premier depuis 1999), le restaurant a ajouté 50% de sièges supplémentaires avec vue, un nouveau salon et une salle à vin vitrée du sol au plafond, à température contrôlée, présentant 1 700 des près de 5 000 bouteilles de Spiaggia. Le nouveau menu du restaurant suit les plats italiens traditionnels d'antipasto, de pâtes, de secondi et de dessert, mais avec des plats presque entièrement nouveaux. Une chose qui n'a pas changé est la capacité de Spiaggia à ravir les convives. Une grande partie de cela peut être attribuée à Mantuano et au chef de cuisine Joe Flamm, qui sert des plats alléchants comme des tortellini de canard aux cerises, à la pistache et au Parmigiano-Reggiano; bistecca alla fiorentina vieillie à sec avec sauce hollandaise à la truffe, navet et confiture d'oignons; et leurs célèbres gnocchis à la truffe noire, à la ricotta et au Parmigiano-Reggiano. Un menu dégustation de cinq ou huit plats est également disponible, pour 95 $ et 145 $, respectivement.

#50 Vetri, Philadelphie

Dans ce petit écrin d'un lieu, aujourd'hui âgé de près de 20 ans, le chef Marc Vetri (qui a vendu son groupe de restaurants à Urban Outfitters en 2015 mais conserve la propriété de cet endroit) propose aux convives des spécialités italiennes et italiennes sophistiquées et artisanales, servies uniquement sous forme de menus de dégustation à plusieurs plats. Les articles disponibles sont répertoriés sous Antipasti, Pasta, Secondi et Dolce (dessert); le chef de cuisine Joe Delago personnalisera le menu à votre goût. Vous pourriez par exemple vous retrouver avec du chou-fleur rôti à la bagna cauda, ​​du lumache au ragoût de canard, de la pintade aux champignons de saison et du soufflé à la polenta au chocolat en dessert. Le tout est servi avec précision et grâce, et il y a une cave à vin de plus de 2500 bouteilles au choix.

#49 Peter Luger, Brooklyn

Quand tu t'assois à ta table au perpétuellement bondé Pierre Luger, situé dans un coin hors des sentiers battus du quartier de Williamsburg à Brooklyn, ne demandez pas de menu. Commandez simplement la salade de tomates et d'oignons, le bacon coupé en tranches épaisses, les épinards à la crème, les pommes de terre rissolées et le steak pour deux - un énorme porterhouse, grillé à une chaleur extrême avant d'être tranché, brièvement grillé à nouveau et présenté sur un plateau. Bien sûr, les serveurs peuvent être un peu bourrus dans ce steakhouse de style allemand étonnamment décontracté qui existe depuis 1887, mais cela fait partie du spectacle. L'attraction vedette, le steak, est l'une des meilleures que vous trouverez à New York. Il est vieilli à sec et découpé sur place, et quand il est présenté, dans toute sa splendeur croustillante, bien marbrée et costaud, votre mâchoire tombera. Utilisez la sauce à steak maison pour arroser les oignons et les tomates (ne le laissez pas près du steak), et apportez une carte de débit ou préparez-vous à déposer une liasse d'argent sur la table avant de partir - pas de cartes de crédit acceptées ici, gros dépensier.

#48 Bête, Portland, Minerai.

Une grande partie du charme à Bête, mis à part celui fourni par le menu américain moderne et varié (doit-on ajouter qu'il est de nature locale et durable ?), provient de dîners de style familial servis dans une atmosphère intime pas beaucoup plus grande que quatre ou cinq des célèbres chariots de nourriture de Portland . La chef-propriétaire Naomi Pomeroy accepte juste assez de réservations pour deux dîners à six plats (18 h et 20 h 45) du mercredi au samedi, ainsi que deux services de brunch à trois plats et un service de dîner tous les dimanches. Les clients dînent à une paire de tables communes (le restaurant ne peut accueillir que 24 personnes), où on leur sert le menu du jour à prix fixe (« substitutions poliment refusées »). Les les détails changent chaque semaine (le menu de la semaine à venir est posté chaque mardi), mais, juste pour illustrer l'étendue et l'imagination ici, l'assiette de charcuterie de la maison pourrait comprendre un steak tartare à l'œuf de caille, un bon bon de foie gras aux sablés aux cacahuètes, une saucisse de porc du Chili calabraise et un pâté de porc et de canard à l'ail vert. Ceux qui ont la chance de s'asseoir aux tables sont sûrs d'être traités comme des membres de la famille (le meilleur endroit de la maison, au coin de la table de préparation au centre de la cuisine, ne peut accueillir que deux personnes). Ceux qui ne peuvent pas entrer peuvent au moins maintenant traverser la rue pour atténuer la douleur à Expatrié, le bar à cocktails Pomeroy ouvert en 2013, où ils peuvent choisir un petit menu divisé en Biggie Smalls (pensez aux toasts aux crevettes et au sandwich à l'oignon et au beurre de James Beard), les Salad Days (brocoli chinois et tacos laotiens) et Hungrier (burger à l'américaine, gaufres de riz et lanières de poulet frit chaud).

#47 Zuni Café, San Francisco

Café Zuni vitrines San Francisco La cuisine méditerranéenne à son meilleur. Bien que primé La chef-propriétaire Judy Rodgers est décédée en décembre 2013, son associé, Gilbert Pilgram (un Chez Panisse ancien élève), continue de diriger l'endroit, avec Rebecca Boice maintenant dans la cuisine. Zuni est un restaurant californien emblématique depuis une éternité, il peut donc être facile d'oublier que lors de son ouverture en 1979, il était dédié à la cuisine mexicaine authentique. Les ingrédients de saison et bio sont toujours impeccables, et les poissons et viandes sont élevés de manière durable. Le poulet entier rôti au four en briques pour deux avec salade de pain chaud, oignons verts, ail et feuilles de moutarde fait partie des plats emblématiques (n'oubliez pas qu'il faut environ une heure pour le préparer) dans cette ville gourmande, et la maison - un hamburger haché nourri à l'herbe sur une focaccia au romarin avec de l'aïoli et des cornichons faits maison (déjeuner seulement) est épique.

#46 Cuisine ABC, New York City

Cuisine ABC est une célébration des meilleurs ingrédients que chaque saison a à offrir, tous servis dans un style classique et élégant pour lequel Jean-Georges Vongerichten est largement connu. La force motrice d'origine derrière ABC Kitchen, Dan Kluger, est parti mi-2014 pour travailler sur ses propres projets (son Lieu Loring ouvert en 2016), mais le chef exécutif actuel Ian Coogan n'a pas raté une miette. Des plats frais du marché comme une salade de carottes rôties et d'avocat avec des graines croquantes, de la crème sure et des agrumes côtoient une agréable sélection de pâtes faites maison, de pizzas à la croûte de blé entier et d'entrées créatives. Le décor est frais, avec une sophistication urbaine tout à fait cool qui se marie parfaitement avec le style du magasin d'ameublement auquel il est connecté, Tapis ABC et Maison. Le restaurant reste dans la rotation des restaurateurs sérieux à La ville de New York.

#45 é par José Andrés, Las Vegas

Le sans cesse inventif — l'enfer, le incessant — Señor Andrés est le roi de la cuisine espagnole (entre autres) en Amérique, nous apportant des ingrédients et des préparations authentiques sur le mode traditionnel, mais nous donnant également un goût made in America de la cuisine espagnole d'avant-garde telle qu'inventée par son mentor , Ferran Adria. Caché à l'intérieur d'Andrés Jaleo dans Le cosmopolite de Las Vegas, é est une sorte de frère à Le minibar d'Andrés à Washington, D.C. - bien qu'il dise que c'est plus conservateur que ce foyer de créativité. C'est "conservateur" comme la barbe à papa à la truffe, la peau de poulet croustillante en escabèche, le turbot avec de la moelle croustillante et du marc de café, et du papier de cacao avec des fraises séchées.

#44 Momofuku Ko, New York

Après que David Chang a déplacé le bar à nouilles qui a lancé sa carrière, il a rempli son espace en 2008 avec Momofuku Ko (« fils de Momofuku »), un comptoir simple avec une poignée de tabourets et des chefs préparant un menu de dégustation en constante évolution à la vue du menu de dégustation des convives. Cela l'a rendu encore plus célèbre. L'espace sans fioritures avait tellement de demandes pour un siège que le restaurant a mis en œuvre ce qui semblait alors être un scandaleux système de réservation en ligne uniquement qui a engendré son propre marché noir. Les médias, l'élite culinaire et les convives curieux ont commencé à se réveiller tôt pour cliquer furieusement sur un éventuel lien de réservation de Momofuku Ko avant qu'il ne disparaisse. On peut affirmer que la ville et la scène des restaurants du pays n'ont plus été les mêmes depuis. Mais Chang a décidé de fermer le plus haut de gamme et le plus demandé de ses restaurants pour rouvrir à quelques pâtés de maisons, où il a gagné 10 places autour d'un comptoir en noyer noir, un bar de six tabourets, cinq fois le stockage du vin et un privé salle à manger. Les convives qui espèrent profiter de la dégustation à plusieurs plats de deux à deux heures et demie dirigée par le chef vétéran de Momofuku, Sean Gray, constateront cependant que les réservations sont toujours aussi difficiles à obtenir, mais si vous accrochez un table, attendez-vous à rencontrer des plats comme du poulet frit aux huîtres feuilletées avec de l'aïoli, de l'uni avec une purée de pois chiches et de l'huile d'olive, et du bœuf vieilli pendant neuf semaines.

#43 Coi, San Francisco

Le chef Daniel Patterson a choqué le monde culinaire en 2015 lorsqu'il a a décidé de quitter le restaurant où il s'est fait un nom, Coi, afin de poursuivre d'autres efforts (y compris concept LocoL rapide et décontracté avec Roy Choi) et a confié la cuisine à Matthey Kirkley. Depuis qu'il a pris ses fonctions en janvier 2016, Kirkley (anciennement du regretté L20 de Chicago) a déplacé le menu du menu centré sur les légumes de Paterson vers un répertoire plus axé sur les fruits de mer, avec des résultats spectaculaires. Sur le menu dégustation de 11 plats à 250 $, vous trouverez de la guimauve au citron avec des queues de bœuf et du radis rouge; Crabe dormeur aux feuilles d'agrumes et sésame noir ; esturgeon au poulet rôti, caviar, laurier et estragon ; et bœuf aux trompettes noires et caramel au poivre fermenté.

#42 Masa, New York

L'ancien critique du New York Times Sam Sifton a pris Masa vers le bas à trois étoiles de les quatre que lui a donné son prédécesseur, apparemment en partie parce qu'ils l'ont fait attendre dehors quand il est arrivé tôt, n'ont pas expliqué tous les plats et ne lui ont pas prêté beaucoup d'attention après le dessert. Cela ne semble pas avoir découragé les high-rollers qui se pressent le bar à sushis ou - perdant une partie de l'immédiateté de l'expérience - asseyez-vous à l'une des petites tables. Les rouleaux de maki farcis au toro de Masa sont connus pour inspirer les contractions des lèvres et le roulement des yeux, et le toro au caviar de béluga semble presque valoir le prix d'entrée. Et quel prix c'est : Le chic Centre Time Warner Le cadre et le menu élaboré uniquement d'omakase sont accompagnés d'une barre haute pour l'entrée. À un prix étonnant de 595 $ par personne avant les boissons (service inclus; ils ont supprimé les pourboires il y a quelques années), vous avez devant vous une facture qui peut facilement dépasser 1 500 $ pour deux.

#41 Minibar, Washington, DC

Ils ont vraiment ont essayé de rendre les choses plus faciles pour tout le monde, mais entrer dans mini-bar, où le chef protéiforme José Andrés canalise la cuisine d'avant-garde espagnole, est toujours difficile : les billets sont libérés via Tock deux mois à l'avance, à partir de 10 heures le premier lundi de chaque mois. Lorsque vous obtenez ce qui est encore essentiellement la réservation d'une vie (soyons honnêtes ici), vous vous percherez sur l'un des deux comptoirs qui surplombent la cuisine, ce qui Le critique du Washington Post, Tom Sietsema, a appelé « évocateur d'une salle d'opération lorsque vous prenez en compte les chefs dans leurs blancs, penchés sur des plats manipulés par des pincettes, des pinces, de l'azote liquide et des cloches à gogo. » Attendez-vous à une expérience de "gastronomie moléculaire" remplie de tours du chapeau culinaires - pensez à des canards en caoutchouc comestibles, du pop-corn qui fume dans la bouche et un churro à base de tendon de veau. Même avec un prix de 275 $ pour 25 à 30 (mini) cours, c'est une bonne affaire. La cuisine imaginative présentée au minibar a valu au chef José Andrés un prix James Beard Outstanding Chef Award 2011. En 2013, Andrés a ouvert le barmini attenant, son « laboratoire de cocktails culinaires », où plus de 100 créations de cocktails aventureux ornent le menu. Selon Sietsema, il abrite « certains des liquides les plus fascinants que cette ville ait jamais bu ».

#40 République, Los Angeles

Walter Manzke, le chef-propriétaire de ce charmant et ensoleillé café, boulangerie, bar et bistro de Los Angeles (sur le site de ce qui était autrefois Campanile et de l'original Boulangerie La Bréa), a passé deux ans sous la direction du chef étoilé Joachim Splichal avant de travailler dans certaines des plus belles cuisines d'Europe (dont celles de Alain Ducasse et Ferran Adria). Il a ensuite passé six ans et demi à LA raffinée Patine avant ouverture République avec sa femme Margarita (dont les crédits incluent Spago et un passage en tant que sous-chef chez Josiah Citrin Mélisse) en 2013. Les deux chefs préparent ici des créations spectaculaires et gourmandes, dont d'irrésistibles beignets de patates douces ; Pétoncles du Maine avec topinambours, pommes Fuji, noix et truffes noires ; spaghettis au homard du Maine; Cuire la côtelette, le ventre et la saucisse de porc Ranch avec des carottes rôties, de la mousseline de pommes de terre, des oignons verts et du jus de moutarde ; et l'une des meilleures interprétations de steak frites de LA avec un faux-filet vieilli à sec servi avec une bordelaise aux champignons sauvages.

#39 Nobu, New York

Nobu Centre-ville/Yelp

Lorsque le chef Nobu Matsuhisa a ouvert son restaurant éponyme avec son pote Robert De Niro et le restaurateur Drew Nieporent en TriBeCa de New York quartier en 1994, il n'aurait jamais pu imaginer que plus de 20 ans plus tard, il dirigerait plus de 30 restaurants affiliés dans le monde, ainsi que près d'une douzaine Hôtels de marque Nobu. Mais il y a une raison pour laquelle Nobu est devenu un nom familier à travers le monde, et le menu du New York étoilé Michelin Nobu Le vaisseau amiral fusionne le japonais classique avec celui du Pérou et de l'Argentine, où Nobu a été formé. Les plats remarquables, notamment la sériole au jalapeño, le homard à la sauce au poivre de wasabi et la morue noire au miso largement copiée, sont tout simplement légendaires. Le restaurant de 9 000 pieds carrés a déménagé l'année dernière dans un espace de 14 384 pieds carrés dans l'ancien bâtiment AT&T au cœur du quartier de Wall Street/World Trade Center, et le nouvel espace à deux niveaux (avec une nouvelle rue en plein essor -level bar) est moderne, accueillant et très Nobu.

#38 Merle, Chicago

Avec son intérieur minimaliste et son menu très imaginatif, exécuté par le chef de cuisine Ryan Pfeiffer, fleuron du millésime 1997 de Paul Kahan Merle (du nom du terme d'argot français pour le raisin merlot) continue de plaire aux convives avec des créations toujours intéressantes mais jamais tout à fait outré. Panzanella de ris de veau avec prosciutto, bébé fenouil et canneberge; magret de canard de Rohan vieilli au kaki, olive, saucisson de canard et pommes de terre rattes ; Contre-filet et joue de bœuf de Slagel Farms avec du beurre umami, du gingembre mariné, des shiitakes et des haricots marins. Terreux et copieux, c'est la cuisine moderne du Midwest par excellence.

#37 Osteria Mozza, Los Angeles

Hôtellerie B&B Osteria Mozza, dirigé par la fondatrice de La Brea Bakery, Nancy Silverton, est un très bon restaurant de LA. Il y a un bar à mozzarella avec une douzaine d'options; un menu qui comprend des pâtes fantastiques (et parfois inhabituelles) (raviolis au fromage de chèvre avec "cinq lys", c'est-à-dire cinq membres de la famille des alliums); maltagliati avec ragoût d'agneau, olives et menthe; et encre de calmar chitarra freddi avec crabe dormeur, oursin et jalapeños), et des plats principaux allant de l'orate entier grillé enveloppé dans du radicchio avec de l'olio nuovo au faux-filet bistecca frotté aux cèpes.

#36 Fille et la chèvre, Chicago

Le restaurant West Loop de Stéphanie Izard Fille et la chèvre (avec ses autres points chauds Petit Chèvre Dîner et Canard Canard Chèvre) est populaire auprès des chefs et des locaux. Le sens de la communauté et du confort sont largement apparents, de la bande originale des succès pop et rock jouant en arrière-plan à la large table de bar commune. Des plats comme des betteraves rôties cultivées localement avec des haricots verts, des anchois blancs, de la crème fraîche d'avocat et de la chapelure ; raviolis d'escargots aux lardons et sauce tamarin-miso ; et le poke de langue de canard, de thon et de haricots noirs avec des wontons croustillants et du piri piri ne sont qu'une partie de la raison pour laquelle Izard, vainqueur de la saison 4 de Top Chef a gagné prix du meilleur chef de la James Beard Foundation en 2013.

#35 Gjelina, Los Angeles

Le restaurant de quartier par excellence, Gjelina, sur le boulevard à la mode Abbott Kinney, a ancré la scène des restaurants de Venise alors que le quartier est passé de crasseux à gastronomique. La cuisine américaine moderne du chef autodidacte Travis Lett est fermement ancrée dans l'abondance des découvertes du marché des agriculteurs, et le foyer et le four à bois témoignent de la rusticité ardente du restaurant, tout comme les visages mal rasés et les tenues minables et artistiques des clients typiques. . Des pizzas croustillantes à croûte mince et une liste de plats de légumes préparés de manière créative révèlent une sensibilité minimaliste qui nécessite beaucoup d'attention aux détails. Lett et son équipe ont un restaurant à New York en préparation, ce qui est une très bonne nouvelle pour les habitants de la côte est.

#34 NoMad, New York

Avec une atmosphère Le critique gastronomique du New York Times Pete Wells décrit comme « comme une maison azuréenne louée à un groupe de rock », le chef Daniel Humm et le restaurateur Will Guidara Le NoMad continue d'impressionner avec son menu complet qui remet le "restaurant" en "restaurant de l'hôtel. " La salle à manger clubby mais aérée présente ce qui est devenu un légendaire New York plat - poulet rôti pour deux avec foie gras, truffe noire et brioche (94 $) - sans oublier les délices comme le cochon de lait confit aux poires seckel, chicorée et pancetta; ou canard rôti aux endives et kumquats. Si vous cherchez à goûter à ce célèbre poulet mais que vous n'êtes pas tout à fait prêt à vous éclabousser, arrêtez-vous pour la version sandwich à 28 $ plus abordable servie pendant le brunch.

#33 Hominy Grill, Charleston, Caroline du Sud

Les plats classiques du sud sans prétention sont essentiels au centre-ville de Charleston's Hominy Grill, où le chef-propriétaire Robert Stehling sert une version impeccable de classiques du Sud comme les crevettes et le gruau, le poulet frit, les côtes levées, la soupe de crabe, les tomates vertes frites et le capitaine de campagne de poulet dans un espace confortable et lumineux. La signalisation classique des restaurants des années 1950, les chaises en bois à l'ancienne et les plats intouchables du menu incarnent tout ce que la nourriture réconfortante représente. Le porc et le poulet fumés signature du restaurant sont rôtis sur une fosse en briques, et le menu du brunch, avec son célèbre Charleston Nasty Biscuit (poitrine de poulet frit, fromage cheddar et sauce à la saucisse sur un biscuit maison) est tout aussi réputé que son menu du dîner. Gardez de la place pour une part de tarte à la crème de noix de coco, une tarte meringuée Heaven High au chocolat, une tarte glacière au citron ou un pudding au chocolat bien plus délicieux qu'il n'a le droit de l'être.

#32 Chez Panisse, Berkeley, Californie

Célébrant plus de 40 ans d'activité, Chez Panisse est toujours aussi fort même après un incendie dévastateur l'a arrêté pendant trois mois en 2013. Parfois, il est difficile de se rappeler à quel point cet endroit a joué un rôle déterminant dans le changement de la scène culinaire américaine après son ouverture en 1971. Avant Chez Panisse, pratiquement personne en Amérique ne servait que des aliments frais et locaux et n'écrivait des menus quotidiens basés sur la saison. Alice Eaux, pionnier du bio, est également le fondateur de Le projet de cour d'école comestible, une fondation qui propose des petits déjeuners et des déjeuners sains dans les écoles de tout le pays. Il est devenu à la mode de critiquer cette icône culinaire comme non pertinente, mais la vérité est que la nourriture de son restaurant est toujours superbe, à la fois dans le restaurant du rez-de-chaussée à un menu par nuit où les plats penchent vers l'Italie et la Provence - pensez au carpaccio de bar blanc avec vinaigrette à l'orange sanguine et copeaux de fenouil, suivi d'une épaule de porc rôtie à la broche avec sauce salmoriglio et haricots cannellini - et le café animé et diversifié à l'étage.

#31 Zahav, Philadelphie

Israélien moderne dans crême Philadelphia? Qu'est-ce que cela implique? Un melting-pot de cuisines du Moyen-Orient et d'Europe centrale, entrelacé avec une main fine pour créer un festin de saveurs par le chef-propriétaire Michael Solomonov (né dans une ville israélienne au sud de Tel Aviv appelée G'nei Yehuda, et élevé à Pittsburgh). Installez-vous dans la salle à manger décontractée et chaleureusement éclairée du Zahav (« or » en hébreu) ​​et commencez par commander le houmous avec du pain plat laffa fait maison ou du houmous éthéré avec du beurre et de l'ail grillé. Si vous avez envie de petites assiettes, Zahav propose des feuilles de vigne croustillantes avec du bœuf haché et de la tomate ; cœurs de canard grillés avec tomates vertes marinées, matbucha vert (sauce marocaine de tomates et de poivrons) et rondelles d'oignon shabazi (un mélange d'épices yéménites enflammées); et du fromage haloumi croustillant avec des dattes, des oignons marinés, des noix et des flocons de chili turc Urfa, entre autres plats.Passez à la brochette de cuisse de canard avec pilaf à la pistache, oignons marinés et confiture de figues; kofte (bœuf et agneau hachés) avec poivrons, carottes et flageolets ; et poulet shishlik et tajine de légumes racines avec couscous marocain et champignons marinés. La bière israélienne Goldstar, des cocktails imaginatifs et l'une des plus grandes gammes de vins israéliens en dehors d'Israël complètent le tableau.

#30 Gabriel Kreuther, New York

Il est rare qu'un restaurant sérieux réussisse aussi bien que celui du chef d'origine alsacienne Gabriel Kreuther établissement éponyme (et ajout récent au Relais & Châteaux Association) l'a fait lors de son ouverture en 2015. Kreuther a cuisiné sous la direction de son compatriote alsacien Jean-Georges Vongerichten puis à Atelier au Ritz-Carlton New York avant d'attirer l'attention et d'être acclamé au Modern, le restaurant gastronomique et décontracté de Danny Meyer au Museum of Modern Art. Il a quitté le dernier d'entre eux au début de 2014 et a ouvert cet endroit, une magnifique salle à manger (dans une vitrine peu prometteuse de la 42e rue), avec une suggestion de charme rustique avec des bois massifs récupérés dans une grange du Vermont et imprégnés de chaleur et de douceur. léger. Ici, Kreuther confectionne des assiettes exquises dans un style qui doit beaucoup à son territoire natal, beaucoup à la liberté d'imagination dont jouit un chef de toute provenance dans le Manhattan moderne, et beaucoup à ses matières premières de première qualité, qu'elles viennent de Long Île, Nouvelle-Écosse ou Hawaï. Les plats (pensez à la tarte à l'esturgeon et à la choucroute avec mousseline de caviar américain ou au filet de porc Berkshire avec radicchio grillé, ricotta salata et boudin maison) sont présentés avec une précision lapidaire, parfois presque sculpturale dans l'assiette, mais les manipulations ne sont pas une indulgence visuelle : Ils aident à mettre en valeur les saveurs et les textures contrastées des aliments. Le service est soigné et la carte des vins, bien que dénuée de bonnes affaires, est très impressionnante, surtout dans les excellents crus d'Alsace.

#29 Auberge à Little Washington, Washington, Virginie.

L'auberge de Little Washington/Yelp

Le chef autodidacte Patrick O'Connell a ouvert ce restaurant en 1978 dans ce qui était à l'origine un garage de petite ville, à environ une heure de route de D.C. Il a formé des alliances avec des agriculteurs locaux et des producteurs artisanaux bien avant que cela ne soit à la mode, et est devenu un chef américain moderne et sophistiqué de premier ordre. Éléments de menu à L'auberge de Little Washington pourrait inclure des classiques comme le caviar osetra américain avec du crabe peekytoe et des rillettes de concombre, le napoléon de homard du Maine réfrigéré avec pommes Anna et le « Shenandoah » de veau (longe enveloppée de prosciutto avec raviolis au jambon de pays et fontina); il y a aussi des créations végétariennes comme la soupe de rutabaga aux pommes et le steak de chou-fleur au curry jaune indien, ainsi que des indulgences comme le foie gras chaud et froid avec gelée de sauternes et marmelade de coing. L'auberge, membre du groupe Relais & Châteaux, a une cote AAA Five Diamond bien méritée.

#28 Spago, Beverly Hills, Californie

Le descendant plus élaboré mais immédiat de l'original, révolutionnaire Spago reste le fleuron de la L'empire Wolfgang Puck. Oui, c'est plein de glamour et de paillettes - maintenant exposé dans une salle à manger élégante et semi-minimaliste, rénovée en 2012 - mais cela reste néanmoins un endroit où la nourriture est prise très au sérieux. Les fameuses pizzas Spago ne sont disponibles que pour le déjeuner (avec la "pizza juive" au saumon fumé de Puck également servie au bar), mais c'est presque dommage d'y perdre (presque) l'appétit étant donné tout le californien moderne de premier ordre. – des plats internationaux cuisinés ici sous la direction de l'un des chefs les plus sous-estimés d'Amérique, le chef exécutif Lee Hefter. Tartare de filet mignon de veau au mascarpone fumé ; garganelli à l'encre de seiche, homard du Maine, oignons doux confits et poutargue ; et le demi-poulet Jidori rôti avec du fromage de chèvre, des truffes noires et de la purée de pommes de terre du Yukon sont des exemples de l'artisanat de Hefter.

#27 Cosme, New York

Après des années à entendre le refrain selon lequel «il n'y a pas de bonne cuisine mexicaine à New York», les New-Yorkais semblent maintenant avoir de nouveaux endroits mexicains surgissant partout, chacun prétendant être le salut du Gothamite affamé du Mexique. Alex Stupak s'y est attaqué à plusieurs reprises ; Avril Bloomfield aussi. Les chefs du Texas aiment Jesse Perez de San Antonio ont commencé à essayer d'apporter les marchandises ; il y a eu des pop-ups ; et même le Tex-Mex gagne du terrain avec des restaurants comme Javeline. Pendant ce temps, l'un des chefs les plus respectés de Mexico s'est installé dans le quartier Flatiron, avec un grand succès. Cosmé représente le retour du chef Enrique Olvera à New York (il a fréquenté le Culinary Institute of America à Hyde Park avant de rentrer chez lui à Mexico pour ouvrir le récemment repensé Pujol. Mais Cosmé n'est-ce pas le mexicain dont jouent les chefs new-yorkais, essayant de « haut de gamme » une cuisine dont ils n'ont jamais maîtrisé l'essentiel. Olvera, que nous avons couronné le Chef international de l'année 2015, a les côtelettes pour emporter des plats comme l'uni tostada à l'avocat, la salsa à la moelle osseuse et le pibil de concombre et demi-homard au chorizo ​​et à la purée de haricots noirs. Et ses carnitas de canard - un oiseau entier cuit pendant des jours dans des ingrédients qui incluent du coca mexicain jusqu'à ce qu'il se déchiquette facilement en morceaux tendres - servis avec des tortillas chaudes tout juste préparées est l'un des grands plats de canard de la ville. Certes, il coûte 89 $, mais c'est suffisant pour trois ou quatre. Avec le chef de cuisine Daniela Soto-Innes, Olvera a ouvert le plus décontracté Atlas l'année dernière avec des résultats stellaires, prouvant que le duo ne peut vraiment pas se tromper.

#26 Le Coucou, New York

Peut-être qu'aucun nouveau restaurant n'a reçu autant d'applaudissements en 2016 que Le Coucou, le restaurant français haut de gamme du restaurateur Stephen Starr et du chef Daniel Rose — un Américain dont les autres établissements, Printemps, La Bourse et la Vie, et Chez la Vieille sont à Paris - et cela insuffle une nouvelle vie à un genre en train de disparaître. Beaucoup le considèrent comme un changement de paradigme légitime, ramenant les classiques français comme la quenelle de brochet, la crêpe de volaille aux foies gras et la tête de veau ravigote à leur juste place dans le canon gastronomique de New York sans l'étouffement ou la prétention habituels. C'est le New York classique, le français classique et une visite incontournable.

#25 Del Posto, New York

Del Posto est le résultat d'une collaboration entre Joe Bastianich, Lidia Bastianich et Mario Batali. Avec ces trois grands noms réunis (même si Batali s'est éloigné de son groupe de restauration), le résultat peut être (comme le proclame le site Web de Del Posto) « l'expression ultime de ce que devrait être un restaurant italien ». En tant que nouveau venu sur la scène gastronomique, Del Posto a ouvert ses portes en 2010 à Le Meatpacking District de New York, et a reçu une critique quatre étoiles convoitée du New York Times, le premier restaurant italien à le faire depuis près de quatre décennies. Le chef exécutif Mark Ladner est parti l'année dernière pour lancer un concept de pâtes rapides appelé Pasta Flyer et l'ancienne chef de cuisine Melissa Rodriguez a pris le relais (elle est maintenant, étonnamment, la première femme à diriger une cuisine new-yorkaise qui a reçu quatre étoiles du Times); son menu comprend une caponata de homard aux artichauts frits; orecchiette au saucisson de lapin, navets et passato aux olives Castelvetrano ; Cou d'agneau croustillant aux épices mauresques au labneh; et ribollita de porc avec marlellata de bacon et oignon et Parmigiano-Reggiano. Un menu dégustation à cinq ou huit plats est disponible (164 $ et 194 $, respectivement), ainsi qu'un menu dégustation végétalien à huit plats. Le prix fixe de 59 $ à trois plats est toujours l'une des meilleures offres de déjeuner haut de gamme de la ville.

#24 Jean Georges, New York

Jean-Georges/Yelp

Jean-Georges Vongerichten est l'un des rares chefs de La ville de New York avec la distinction de quatre étoiles du New York Times. Dans son restaurant éponyme du Hôtel et tour Trump International, l'un des rares restaurants à New York où les messieurs sont tenus de porter des vestes, sa technique française classique relie l'ancien et le nouveau monde, évite les sauces lourdes et embrasse les épices et les saveurs de la cuisine asiatique. Le menu à prix fixe chez Jean-Georges, exécuté par le chef exécutif Mark Lapico, propose un assortiment de plats signature du chef, comme le foie gras en croûte de sésame avec des piments séchés. Le « Egg Caviar » de Vongerichten, un œuf légèrement brouillé garni de crème fouettée et de caviar d'osetra, est l'une des meilleures bouchées de la ville.

#23 Commander's Palace, La Nouvelle-Orléans

Une tranche de La Nouvelle Orléans histoire de la restauration - il a ouvert ses portes en 1880 - ce monument culinaire a longtemps été récompensé pour tout, de son service à sa carte des vins et bien sûr sa cuisine "haute créole". On peut noter que deux de ses anciens élèves sont Paul Prudhomme et Emeril Lagasse – mais avec le chef Tory McPhail aux fourneaux depuis plus d'une décennie, Palais du Commandeur va toujours fort. Venez affamé et prêt pour des plats tels que la légendaire soupe de tortue; poisson du Golfe en croûte de noix de pécan avec crème de maïs écrasée, noix de pécan épicées, petites herbes et crabe bleu de Louisiane poché au prosecco; et les tchoupitoulas de côte de veau coupées au centre de 14 onces sur du gruau de fromage de chèvre et des légumes locaux.

#22 Bazar, Los Angeles

Le bazar de Jose Andres/Yelp

Sous la direction du sans cesse inventif José Andrés, Le Bazar emmène les visiteurs dans une aventure culinaire sauvage, présentant des délices du vieux monde d'une nouvelle manière audacieuse. La cuisine espagnole, à la fois traditionnelle et avant-gardiste, n'a pas de champion plus fervent et éloquent en Amérique qu'Andrés, propriétaire du restaurant en plusieurs parties et du parc à thème culinaire logé dans le Hôtel Beverly Hills SLS. Que vous choisissiez le menu dégustation au semi-caché SAAM, nourriture réconfortante avec une touche dans un sanctuaire isolé Tres (mac and cheese vermicelles cuits « comme du pudding »), beignets ottomans de carottes, brioches vapeur oursin et avocat à Bar Centro, ou le meilleur jambon ibérique d'Amérique à Rojo y Blanca - ou, mieux encore, une combinaison de traditionnel et de complètement fou qui est facilement réalisable ici - vous vivrez une expérience mémorable et unique en son genre.

#21 Benu, San Francisco

Depuis l'ouverture du chef Corey Lee Benu Au coeur de Le quartier SOMA de San Francisco après quatre ans à La blanchisserie française, il a toujours été classé parmi les meilleurs restaurants du pays. Lee est une étoile montante, et il continue aussi de collectionner des étoiles. En 2016, Michelin en a donné trois à Benu, le mettant à égalité avec quatre des restaurants les plus célèbres de Californie, l'icône de Sainte-Hélène susmentionnée de Thomas Keller, Manresa, Saison et Chris Kostow's Restaurant à Meadowood. Il conserve la vedette pour 2017. Les menus de Lee intègrent le meilleur de la cuisine asiatique et américaine, en les combinant de manière réfléchie. Dans l'assiette, tout cela se traduit par un menu dégustation à 295 $ comprenant des plats comme l'œuf de caille millénaire avec potage et gingembre; foie gras xiao long bao (soupe de boulettes à vous) ; morue de roche grillée avec oolong et souci; et pousses de bambou au conpoy (coquilles Saint-Jacques séchées cantonaises), aux amandes et aux épinards.

# 20 Le restaurant de Meadowood, Sainte-Hélène, Californie.

Il faut s'émerveiller Meadowood dans la vallée de Napa, et à son chef, Chris Kostow. C'était déjà un restaurant trois étoiles Michelin lorsque Kostow a fermé le lieu pour qu'il puisse subir une rénovation sous la direction de l'architecte Howard Backen et du designer George Federighi, qui s'étendait de la salle à manger à la cuisine. Kostow, l'un des chefs les moins médiatisés et les plus étonnants du pays, a également réexaminé ses menus et réinventé la façon dont il servait ses clients, en leur proposant une expérience plus organisée, que le restaurant décrit comme "créer des menus sur mesure". Kostow dit qu'il s'assoit la veille de la visite des invités pour rédiger des menus individuels pour les 70 clients du lendemain. Vous devrez disposer d'une pièce de monnaie pour l'expérience; le menu dégustation de neuf à dix plats coûte 275 $, le menu du comptoir du chef coûte 500 $ par personne, et le menu bar et "au coin du feu" coûte 90 $ - et si vous voulez vraiment profiter de l'expérience, vous devriez vraiment rester à l'hôtel de luxe adjacent, ce qui rendra la visite considérablement plus chère mais proportionnellement plus merveilleuse. Comment est la nourriture, demandez-vous ? Attendez-vous à une cuisine américaine moderne mettant en vedette une technique magistrale et des mélanges habiles de texture et de saveur; tour à tour ludique, direct et sérieux. Meadowood est bon. Vraiment, vraiment bien.

#19 Per Se, New York City

Dans une élégante salle à manger donnant sur Central Park dans le Centre Time Warner, En soi respecte les normes établies par Thomas Keller à La blanchisserie française, recevant chaque année trois étoiles de Michelin depuis 2006. Comme chez The French Laundry, il existe deux menus dégustation, dont l'un est végétarien, mais le classique Keller "huîtres et perles" est très certainement inclus dans la version non végétarienne (bien que les menus Per Se coûtent 340 $, tandis que ceux de The French Laundry sont plus abordables 310 $). Ici, il y a aussi un menu de salon, avec des plats à la carte, notamment des agnolotti à la ricotta, du homard de la Nouvelle-Écosse poché au beurre et un tartare de bœuf vieilli à sec 100 jours de Snake River Farms. Alors qu'un janvier 2016 Critique du New York Times a choqué le monde de la gastronomie en le faisant passer de quatre étoiles à deux, le chef Eli Kaimeh fait la fierté de Keller avec ses interprétations habiles de ce style de cuisine des plus raffinés.

#18 Atelier Crenn, San Francisco

Stéphanie Z./Yelp

Il n'y a que 22 places au Versailles récemment rénové de Dominique Crenn vaisseau amiral deux étoiles Michelin, où les clients déposent 325 $ sur les réservations à l'avance afin de découvrir ses menus de dégustation modernistes à plusieurs plats acclamés. Au lieu d'un menu, cependant, les invités reçoivent un poème original composé par Crenn; ses lignes correspondent vaguement à ce que les convives peuvent s'attendre à recevoir (Crenn décrit son style de cuisine comme une « culinaria poétique »). Par exemple, « Là où le large océan s'appuie sur la terre espagnole » est un consommé de jambon ibérique truffé versé autour de pommes de terre fumées, de calmars, de lardo et de purée d'encre de calmar ; et "Un éclat de sensation océanique, perles noires salées" est du caviar d'osetra doré fumé avec de l'huile d'algue, du citron séché et de la crème de riz koji fermenté. Il s'agit de trucs vraiment inventifs, sérieusement avant-gardistes, de haut niveau mais pas précieux ou prétentieux. Il faut un chef très créatif pour conceptualiser ces plats et un chef spectaculairement talentueux pour les réaliser ; il n'est donc pas étonnant que Crenn (notre Chef américain de l'année 2016) était sacrée meilleure femme chef du monde en 2016 par les 50 meilleurs restaurants du monde de San Pellegrino et a été nominé pour le James Beard Award du meilleur chef pendant quatre des cinq dernières années. Si vous voulez goûter à la cuisine de Crenn mais que vous ne voulez pas vous ruiner, vous pouvez visiter le Petit Crenn, un bistrot inspiré de son enfance bretonne ; elle ouvrira également bientôt un bar à vin appelé Bar Crenn.

# 17 Le Pigeon, Portland, Minerai.

Sous la direction du chef Gabriel Rucker, 36 ans, lauréat du prix James Beard (nommé Rising Star Chef en 2011 et Meilleur Chef : Northwest en 2013, et nominé pour Chef exceptionnel en 2017), Le Pigeon attire les convives à ses tables communes pour des plats copieux et imaginatifs comme le tartare d'agneau à la mandarine confite, la feta, le yaourt au poivre, le topinambour et le citron confit ; boulettes de côtes de bœuf aux saveurs de soupe à l'oignon et copeaux de truffe noire ; Côtes levées de porc Kurobuta avec riz frit au pied de porc, poivrons marinés au café, panais et sirop d'érable fumé; et nouilles moelleuses au cou d'agneau avec calamars croustillants, harissa, menthe et crème. Célébrant sa dixième année d'existence, Le Pigeon a établi trois plats incontournables : joue de bœuf bourguignon (actuellement servie avec orzo crémeux à l'ail et au parmesan, salade de champignons fumés et soubise à l'ail noir) ; le burger Le Pigeon (l'un des meilleurs d'Amérique); et les profiteroles de foie gras en dessert. Mais vous serez peut-être mieux servi en écoutant les conseils du critique de restaurant de l'Oregonian, Michael Russell, qui a nommé Le Pigeon Le meilleur restaurant de Portland en 2016 et informé lecteurs d'être sûrs de s'asseoir au comptoir, où ils seront probablement servis par Rucker lui-même. Là, vous vous rendrez compte que « les recommandations individuelles sont pratiquement inutiles » et découvrirez qu'« un repas Le Pigeon correctement prolongé comprendra forcément deux ou trois des meilleures choses que vous mangerez cette année-là. »

#16 Coing, San Francisco

Situé dans un bâtiment historique en briques et bois datant de 1907 à Le quartier de Jackson Square à San Francisco, Coing est à la fois charmant et élégant. Le chef et propriétaire Michael Tusk, qui a remporté le Prix ​​James Beard 2011 du meilleur chef du Pacifique, crée une expérience culinaire enracinée dans ses relations avec un réseau étroitement uni des meilleurs fournisseurs de nourriture du nord de la Californie. Chaque soir, le menu dégustation de 12 plats (275 $) propose des plats à base de légumes mettant en valeur les produits de saison, y compris certaines choses cultivées sur le jardin sur le toit du restaurant - des couteaux aux cardons, des crosnes et des pommes de terre la ratte; morue noire à la betterave rubis, chou de Milan et chou-fleur; Poulet Green Circle avec artichaut, bette à carde et foie gras. Ceux qui souhaitent goûter à la nourriture sans se ruiner sur un menu dégustation devraient visiter le salon, où ils peuvent commander à la carte. C'est maintenant le bon moment pour visiter - Quince a récemment été bousculé de deux étoiles Michelin à trois.

# 15 La grange à Blackberry Farm, Walland, Tenn.

La cuisine à La grange à Blackberry Farm est si emblématique qu'elle a inspiré une nouvelle catégorie : Foothills Cuisine (les contreforts étant ceux des Smoky Mountains), terme qui a en fait été protégé par copyright. Niché à l'intérieur un complexe de luxe et une ferme fonctionnelle de 4 200 acres commencée par Kreis et Sandy Beall il y a plus de 30 ans et installée dans une grange de style banque du début du siècle située au centre du FarmStead, cette opération est dirigée par la cheffe exécutive Cassidee Dabney. S'il y a jamais eu un usage approprié du terme « de la ferme à la table », c'est bien celui-ci. The Barn (pensez aux draps anciens, aux chaises personnalisées et à l'argent sterling - les messieurs doivent porter des vestes) utilise les produits et les produits du domaine dans un menu dynamique de plats régionaux de Smoky Mountain avec une touche mondiale comme Springer Mountain Chicken avec du gruau de riz Carolina Gold, broccolini , et champignons rôtis; salade de pommes et coeurs de canard vinaigrette de houblon, noix de pécan confites, crème fraîche et sauge ; et céleri-rave rôti au four avec panais, oignons cippolini et champignons.Et tandis que le restaurant est une destination en soi, terminer un week-end au complexe avec un repas ici peut être l'une des grandes expériences de la vie. Sam Beall, le fils de Kreis et Sandy, a repris la gestion de la ferme en 2000 et l'a sans doute transformée en la destination culinaire qu'elle est aujourd'hui. Il est décédé tragiquement dans un accident de ski en 2016 à 39 ans, mais sa veuve, Mary Celeste, gère désormais l'auberge et maintient les normes.

#14 Restaurant Gary Danko, San Francisco

Gary Danko, dont la formation classique se concentre sur la cuisine française, méditerranéenne et régionale américaine, a reçu des éloges de la part des Fondation James Beard, Michelin, Écuyer, et Zagat depuis qu'il a ouvert son éponyme Zone du quai de San Francisco Restaurant de 75 places en 1995. Choisissez parmi les menus à trois, quatre ou cinq plats à prix fixe (89 $, 109 $ et 128 $, respectivement) et préparez-vous pour des plats comme le filet de porc rôti et la poitrine avec purée de courge musquée, pommes, châtaignes et bacon; risotto aux crevettes géantes, crabe dormeur, champignons shimeji et courge musquée rôtie ; et cailles rôties farcies au ragoût de champignons, poireaux, quinoa et foie gras aux alevins et crème de cèpes. Chez Gary Danko, tout est exécuté de manière experte et tout a un but et une place.

# 13 Blue Hill à Stone Barns, Pocantico Hills, NY

L'organo-loca-sustainavore de haut niveau Dan Barber a trouvé la maison parfaite à Blue Hill à Stone Barns, un beau restaurant dans un cadre bucolique mais laborieux sur la ferme toute l'année et le centre éducatif à but non lucratif Centre des granges en pierre pour l'alimentation et l'agriculture dans un petit hameau de la rivière Hudson appelé Pocantico Hills, établi par David Rockefeller en mémoire de sa femme. Mais si vous cherchez un plat signature, vous n'avez pas de chance. Ce restaurant littéral de la ferme à la table prépare des repas réservés en grande partie sur la récolte du jour. La plupart de ce que vous mangez ici aura été cultivé, élevé et/ou transformé sur la propriété, et la cuisine américaine moderne que Barber en crée est pleine de couleurs et de saveurs. Il y a une raison pour laquelle il est l'un des chefs les plus importants du pays en ce moment.

#12 Husk, Charleston, Caroline du Sud

Le chef américain de l'année 2014 du Daily Meal, Sean Brock, pourrait très bien être le roi régnant de la cuisine du Sud, ce qui rend son restaurant de Charleston Husk son trône. Nommé Meilleur nouveau restaurant en Amérique de 2011 par Bon Appétit, Husk, situé en plein coeur de Charleston magnifique centre-ville historique (où Brock dirige également McCrady), célèbre les produits traditionnels du Sud indigènes comme aucun autre restaurant ne peut le faire : si ce n'est pas du Sud, ils ne cuisineront pas avec, pas même l'huile d'olive. Mais cette règle stricte n'entrave en rien le restaurant ; en fait, c'est la meilleure chose à ce sujet. Le menu axé sur le marché change tous les jours, mais s'ils sont disponibles, essayez les côtes de porc aigre-douces fumées lentement du Tennessee; Fromage cheddar piment, craquelins de benne (sésame) maison et croustillant de jambon de pays ; Peaux de poulet frites du sud avec sauce piquante, miel et oignons verts ; et des enveloppes de laitue aux oreilles de cochon du Kentuckyaki, et vous serez d'accord. Si vous venez pendant le déjeuner, assurez-vous d'essayer le hamburger. Un deuxième avant-poste Husk ouvert à Nashville en 2013, un emplacement à Greenville, en Caroline du Sud, a ouvert ses portes en novembre dernier, et un Savannah Husk ouvrira ses portes cette année.

#11 Guy Savoy, Las Vegas

La version originale parisienne de ce restaurant, qui mérite trois étoiles Michelin, est élégante et toujours merveilleuse. Les Las Vegas Guy Savoy possédait deux étoiles Michelin jusqu'à ce que les gens du pneu français abandonnent leur guide Vegas (cependant, il a toujours cinq étoiles de Forbes). Le menu « Prestige » à 345 $ ressemble beaucoup au menu parisien ; les deux contiennent des classiques modernes de la Savoie comme les "couleurs du caviar" et la soupe d'artichauts et de truffe noire; la table du chef Krug coûte 500 $ par personne, et si vous aimez dîner à la carte, les entrées sont en moyenne d'environ 110 $ (une assiette de pigeonneau sauvage à 120 $, agréable, canard, foie gras et chou avec un jus de gibier léger porte un avertissement de chevrotine). Il y a quelques années, un écrivain pour Gourmet a mangé la même nourriture dans les restaurants de Paris et de Las Vegas et les a trouvés à peu près égaux en qualité.

#10 Manresa, Los Gatos, Californie

Depuis l'ouverture de son restaurant Los Gatos, trois étoiles Michelin Manresa (du nom d'une ville à environ une heure au nord-ouest de Barcelone) dans les contreforts des montagnes de Santa Cruz en 2002, le chef David Kinch a défié la catégorisation culinaire conventionnelle. Comme Charles Bowden l'a écrit il y a quelques années, « La presse du restaurant dit qu'il cuisine de la Nouvelle-Californie ou qu'il cuisine du français ou qu'il cuisine du catalan ou qu'il est de la ferme à la table… » mais vraiment la meilleure façon de le décrire et sa cuisine est d'utiliser un mot : original . Kinch a subi un coup dur en juillet 2014, lorsqu'un incendie à deux alarmes a détruit la cuisine et l'arrière de la maison, nécessitant une rénovation de six mois et 2 millions de dollars pour rouvrir. Mais la réouverture l'a fait, et sans grand changement par rapport à l'empreinte d'origine de la cuisine. « Quand l'incendie s'est produit, j'ai toujours pensé que nous étions le meilleur restaurant que nous ayons jamais été en 12 ans. » Kinch a déclaré à Inside Scoop SF. "Je ne vais donc pas réinventer la roue." Son menu de dégustation de 275 $ utilise des produits cultivés selon des pratiques biodynamiques et des plats présentant de vastes paysages d'ingrédients et de saveurs réfléchis et expérimentaux, mais jamais exagérés. Kinch a également ouvert son premier spin-off, Pain Manresa, à un pâté de maisons au début de 2015, avec une deuxième succursale maintenant ouverte à Los Altos.

#9 Ensuite, Chicago

Près de huit ans après son ouverture, le restaurant révolutionnaire du chef Grant Achatz Prochain semble avoir toujours fait partie de l'avant-garde culinaire — ironie pour un restaurant dont le concept à prix fixe change tous les quatre mois. Next n'a rien de blasé. Vous ne savez jamais ce qui vous sera présenté par Achatz et son chef exécutif vedette Jenner Tomaska ​​- cela peut aller des croquettes de poulet liquide (menu elBulli) au meilleur macaroni au fromage du monde (menu Enfance). Eh bien, techniquement, ce ne sera ni l'un ni l'autre, étant donné qu'ils proviennent d'anciens menus et que les menus ne se répètent pas. Mais vous voyez l'idée. Next a rendu hommage au légendaire chef français Auguste Escoffier ; puis c'était un menu thaï futuriste ; suivi de l'Enfance ; un hommage à l'elBulli désormais fermé; explorations de la Sicile et de Kyoto ; « The Hunt », un menu végétalien ; hommages au Bocuse d'Or, au Chicago Steakhouse, au restaurant Trio où Achatz s'est installé pour la première fois ; une interprétation du chinois moderne ; Bistro ; Tapas ; Terroir ; Les Alpes, Tour de Amérique du Sud ; The French Blanchisserie ; Rome antique ; Hollywood ; et The World's 50 Best, qui comprenait des plats préparés par des chefs de la liste éponyme, notamment Massimo Bottura et Daniel Humm. Il sert actuellement un menu français classique. Ensuite, un hommage à Alinea Quoi qu'il en soit, la cuisine de Next est inventive et excitante sans être fantaisiste, de même, le service est impeccable sans être flatteur.

#8 Gramercy Tavern, New York

Taverne Gramercy est parmi les meilleurs de la nouvelle vague de restaurants américains classiques; rappelez-vous que Tom Colicchio était partenaire fondateur et chef avant de partir pour ouvrir ses propres restaurants et devenir une star de la télévision. Avec Danny Meyer à la tête de l'émission et Michael Anthony (qui a déjà passé du temps à Daniel et a aidé Dan Barber à développer son style influent à Blue Hill à Stone Barns) aux commandes de la cuisine, le restaurant continue d'exceller à servir une cuisine américaine raffinée sans prétention. Anthony, inspiré par la proximité Marché vert d'Union Square, est devenu connu pour ses préparations végétales simples. Les plats utilisent des produits à bon escient - pensez à la plie avec de la courge, des choux de Bruxelles et des graines de citrouille; ou omble chevalier avec chou, radis et bacon. Que vous dégustiez les menus de saison ou de dégustation de légumes à six plats dans la salle à manger, ou optiez pour un repas à la carte plus décontracté à la taverne (où il y a un hamburger secret hors menu pendant le déjeuner), de l'œuvre d'art aux arrangements floraux somptueux, et de la lueur de cuivre et de bougie à la réputation d'un service impeccable, un repas à Gramercy Tavern est un repas que vous n'êtes pas susceptible d'oublier de si tôt.

#7 Joël Robuchon, Las Vegas

La cuisine est tout simplement exquise dans cette salle à manger richement meublée dans le MGM Grand Hôtel & Casino, qui était le seul restaurant trois étoiles Michelin de la ville lorsque le guide couvrait Vegas. En tant que premier restaurant ouvert en Amérique par le célèbre et primé Robuchon, largement considéré comme le plus grand des chefs français modernes, Joël Robuchon maintient les normes les plus élevées sous la direction du chef Christophe de Lellis. Tout est impeccable, de son service exceptionnel et de sa carte des vins impressionnante (et d'un prix impressionnant) à des plats aussi raffinés que Le Caviar Imperial, un disque de crabe royal garni d'une quantité suffisante de caviar d'osetra, sur une gelée de crustacés parsemée de purée de chou-fleur. Le menu dégustation de 18 plats, qui a été complètement repensé il y a trois ans, est une expérience vraiment mémorable.

#6 Providence, Los Angeles

Los Angeles est une ville qui prospère grâce aux food trucks et aux pop-ups, mais parfois une expérience gastronomique sans limites est nécessaire. Le chef Michael Cimarusti, qui a ouvert ce restaurant haut de gamme avec le copropriétaire Donato Poto en 2005 à la périphérie sud d'Hollywood, sert des menus de dégustation du marché ainsi qu'un menu déjeuner à la carte composé de fruits de mer soigneusement sélectionnés des deux côtes et d'ailleurs, préparés avec une excellente originalité. Araignée de mer avec tuzu, œuf et consommé de crabe ; langouste à la topinambour et à la truffe noire ; et le sébaste vermillon avec chou-fleur, crosnes et pancetta ne sont que quelques exemples de l'éclat de Cimarusti. Avec trois menus dégustation allant de 100 $ pour cinq plats à 220 $ pour 11, Providence n'est pas pour les convives à petit budget. Mais le service impeccable combiné à la qualité des fruits de mer et à la perfection lapidaire des assiettes que Cimarusti envoie montrent clairement que ce restaurant a peu d'égal.

#5 Daniel, New York

Un restaurant très adulte sur L'Upper East Side de Manhattan, le vaisseau amiral de Daniel Boulud Daniel maintient des normes de service et de cuisine - la haute cuisine française, une espèce en voie de disparition aujourd'hui - qui remonte à une époque antérieure. Mais la cuisine est actuelle et superbe, et le menu change tous les jours. Si vous avez la chance d'obtenir une réservation, vous pourrez déguster des plats dans le cadre d'un menu à prix fixe à quatre plats à 151 $ ou à sept plats à 234 $ sous l'œil attentif du chef exécutif Jean-François Bruel. Turbot de l'Atlantique poêlé, courge butternut, pommes lady et jus au sirop de bouleau ; duo de pigeonneau sauce foie gras ; et mosaïque de poule de Guniea au rhum brun, foie gras, trompettes noires, coulis de pattes, toast aux noisettes et pomme confite font partie des plats qui pourraient vous être servis.

#4 Le Bernardin, New York

Cet élégant restaurant de fruits de mer, dirigé par le chef Eric Ripert, est en tête de nombreuses listes de « best of » et compte plusieurs distinctions à son actif, dont la répétition critiques quatre étoiles du New York Times (le premier d'entre eux écrit quelques mois seulement après son ouverture), des notes de restauration et de service presque parfaites dans le guide Zagat et plus de James Beard Awards que tout autre restaurant de La ville de New York. Ripert est un artiste travaillant avec des matières premières impeccables. Le dîner de quatre plats à prix fixe de 160 $ ​​propose une liste de délices de la mer, allant des premiers plats «presque crus» aux plats «légèrement cuits» en passant par (si vous le devez) des plats «sur demande» comme le pigeonneau, l'agneau et le filet mignon. Une dégustation de sept plats, 187 $ Le Bernardin et une dégustation de huit plats, 225 $ sont également disponibles. Manger sur place Le Bernardinla salle à manger moderne sur fond de vagues peintes et dégustez des plats comme la queue de homard laquée avec tagliatelles et émulsion de truffe noire ; sole de Douvres poêlée, mouselline citron-pomme de terre et émulsion d'échalote ; et langoustine poêlée avec salade de champignons tiède et crème fraîche à la truffe.

#3 La blanchisserie française, Yountville, Californie.

©Deborah Jones/La blanchisserie française/Yelp

Thomas Keller est un perfectionniste qui aborde la cuisine américaine contemporaine avec une technique classique. Le sien Blanchisserie française, avec sa désormais célèbre porte bleue, a établi de nouvelles normes en matière de gastronomie dans ce pays. Deux menus de dégustation de neuf plats à 310 $ sont élaborés chaque jour (un traditionnel, un végétarien) et aucun ingrédient n'est jamais répété tout au long du repas. Le classique « huîtres et perles », le tapioca perlé avec les huîtres d'Island Creek et le caviar d'esturgeon blanc, est un éternel favori. Alors que des articles comme le filet de morue de Chatham Bay sauté, le homard de Stonington Maine poché au beurre doux et la « calotte de bœuf » Snake River Farms grillée au charbon de bois peuvent sembler assez simples, le raffinement avec lequel ils sont présentés est tout sauf. En 2012, The French Laundry a reçu un très convoité AAA Five Diamond Award, et il est perpétuellement nommé l'un des 100 meilleurs restaurants du monde.

#2 Onze Madison Park, New York City

Même si Onze Madison Park ouvert en grande pompe et acclamé par la suite en 1998, c'est l'embauche par Danny Meyer de Daniel Humm, né en Suisse, pour diriger la cuisine en 2006 qui a élevé l'endroit au niveau des meilleurs restaurants du pays. Humm - qui a remporté des éloges pour le restaurant comme quatre étoiles du New York Times (plus d'une fois, plus récemment par Pete Wells) trois de Michelin, et la première place sur la liste des 50 meilleurs au monde - a acheté Eleven Madison à Meyer en 2011, en partenariat avec son homologue de la salle, Will Guidara, et n'a pas raté une miette. Le chef a le contrôle : alors que Humm adaptera son menu de dégustation à plusieurs plats de 295 $ à 315 $ pour tenir compte des allergies, des restrictions alimentaires et des préférences d'ingrédients, il n'y a pas de sélection à la carte, bien qu'un menu plus petit soit disponible au bar. Les détails des plats changent fréquemment, mais la technique est française contemporaine, moderniste et minimaliste. Le restaurant a fermé pendant plusieurs mois l'année dernière pour une refonte complète (nouvelle internationale en soi), et il a rouvert avec un design mis à jour, une cuisine entièrement rénovée et un nouveau menu saisissant. Certains classiques sont restés (canard rôti au miel et à la lavande, biscuits noirs et blancs salés pour commencer le repas), mais les nouveautés incluent une salade de palourdes marinées et de fenouil, un cheesecake d'esturgeon fumé au caviar, un homard aux pommes de terre et girolles, veau aux légumes d'hiver. Inutile de dire qu'ils sonnent beaucoup plus simple qu'ils ne le sont en réalité.

#1 Alinea, Chicago

Le menu à Alinea peut parfois sembler d'une simplicité trompeuse ("coquilles Saint-Jacques à l'arôme d'agrumes", "cochon laineux, fenouil, orange, calamar", etc.), mais ce qui apparaît dans l'assiette est absolument original et presque toujours d'une qualité éblouissante. Ayant réussi à réinventer la façon dont les gens considèrent les réservations chez Prochain, avec son système innovant de billetterie en ligne non remboursable, et des cocktails réinterprétés, des plats de bar et toute l'expérience du bar avec La volière, Grant Achatz et son partenaire, Nick Kokonas, ont également intensifié l'attention qu'ils portent à Alinea. Achatz produit systématiquement l'une des cuisines contemporaines (ou modernistes, si vous voulez) les plus imaginatives et délicieuses du pays, et c'est mieux que jamais après sa fermeture il y a quelques années pour une rénovation complète de cinq mois. Le restaurant propose désormais trois expériences distinctes : The Kitchen Table, une salle à manger privée pour six personnes au bord de la cuisine (385 $); The Gallery, un repas de 16 à 18 plats avec deux places assises tous les soirs de 16 (285 $ à 345 $); et The Salon, un menu « plus abordable » de 10 à 12 plats servi dans les trois salons du deuxième étage (175 $ à 225 $). Chez Alinea, vous ne savez jamais vraiment ce que vous allez être servi, mais une expérience de changement de paradigme est presque garantie.

Vouloir plus? Découvrez les meilleurs aliments et boissons dans chaque état.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la soupe, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika - c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont repris sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la soupe, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika - c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont repris sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la soupe, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika - c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont repris sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la soupe, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika - c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont repris sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement chic dans un style des années 1980 qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la chaudrée, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée depuis au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika – c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée juste à chatouiller, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont récupéré sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la soupe, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika - c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée juste à chatouiller, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont repris sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la chaudrée, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika – c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont récupéré sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères.Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la chaudrée, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika – c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont récupéré sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la chaudrée, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika – c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont récupéré sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.


Les 10 meilleures chaudrées de palourdes sur la côte de l'Oregon, d'Astoria à Yachats

Si vous êtes un restaurant sur la côte, vous servez de la chaudrée de palourdes. C'est comme ça. Comme la tire d'eau salée, le fudge et la crème glacée, il envahit le front de mer parce que les touristes s'y attendent. Ceci malgré le fait qu'il s'avère que nos palourdes ne font pas une bonne chaudrée.

En ce qui concerne la chaudrée, les palourdes et les palourdes de l'Oregon sont délicates et douces, moins adaptées que les palourdes beaucoup plus saumâtres de la côte est. C'est du moins ce que j'ai appris après avoir mangé dans 25 points de chaudrée le long de la côte de l'Oregon tout en travaillant sur Aller sur la côtel, notre magazine de plein air 2016 sur papier glacé qui sort le 8 juin. Cela peut blesser ma fierté en tant que natif de l'Oregon, mais la plupart des meilleures chaudrées de l'Oregon sont faites avec des palourdes importées de la côte est. La nature subtile de nos mollusques a probablement également inspiré l'habitude de la côte ouest d'ajouter du bacon extrêmement peu subtil.

Néanmoins, 100 ans de tradition de la chaudrée à emporter ont également permis de créer une belle soupe. J'ai mangé chaque bol de chaudrée côtière entre Astoria et Yachats que quelqu'un a dit être "le meilleur", qu'il s'agisse d'un autre écrivain culinaire, d'un ami ou même d'un défenseur convaincant d'Internet.

J'ai noté trois critères d'égale importance : la moiteur générale (la soupe au bacon remporte les concours de chaudrée de bacon, pas ceux de palourdes), la texture et la profondeur de la saveur. L'improvisation est appréciée, mais les chaudrées classiques sont considérées comme belles et Manhattan est complètement ignoré. Voici les 10 meilleurs.

Sea Hag de Gracie, Score: 95

58 N Highway 101, Depoe Bay, 541-765-2734, theseahag.com.

Chaudrée riche et poivrée de la Nouvelle-Angleterre avec une touche de paprika et de persil dans un restaurant de fruits de mer décontracté et bien usé avec un bar à salades à l'arrière et des vitraux au-dessus de chaque stand.

Gracie n'était pas cuisinière. Au Sea Hag, 53 ans, Gracie était une artiste, une hôtesse accomplie et une joueuse de bouteilles. "Elle a fait en sorte que tout le monde au restaurant se sente comme si c'était le leur", explique Clary Grant, qui a acheté le restaurant Depoe Bay il y a 10 ans avec son mari, Jerome, après avoir été directeur pendant 10 ans, où il se trouve aux côtés de plusieurs glaces. crèmeries et un endroit servant de la tire d'eau salée d'un ancien extracteur.

Il s'avère que personne ne sait vraiment quel cuisinier de la cuisine Sea Hag a proposé la recette de la chaudrée, mais elle a été présentée dans Le livre de recettes du New York Times Heritage comme l'un des meilleurs du pays. Néanmoins, dit Grant, la recette est restée inchangée pendant au moins 40 ans. La chaudrée est préparée tous les jours à partir de zéro, avec des palourdes de la côte est plutôt que de la côte ouest, poivrée légèrement, cuite avec une foule d'épices, notamment du basilic et du thym, et épaissie avec un léger roux de farine, de lait et de beurre.

Chaque bol reçoit une cuillerée de beurre frais, de persil et de paprika – c'est un vieux truc de cuisinier, mais ça marche. La soupe est épicée à un chatouillement, profonde avec des herbes et des pommes de terre et beaucoup de palourdes, et laisse derrière elle une profondeur onctueuse qui persiste longtemps après chaque cuillerée. Gracie est décédée en février, mais le restaurant et la chaudrée survivent à merveille.

179 N Hemlock St., Cannon Beach, 503-436-2439, driftwoodcannonbeach.com.

Une recette de chaudrée magnifiquement authentique vieille de plusieurs décennies provenant d'une importation de la Nouvelle-Angleterre, servie dans un restaurant vieux de 70 ans avec un bar pour vieillards magnifiquement préservé et faiblement éclairé avec un foyer sur le patio.

Cet endroit de Cannon Beach a presque fait tomber Gracie's. Le restaurant et le bar ont récupéré sa recette de chaudrée il y a environ 30 ans d'un chef né en Nouvelle-Angleterre nommé Kirk Anderson - il est cuisiné depuis 19 ans par Eddy Morales. Encore une fois, il utilise des palourdes de la côte est et continue de préparer la base de la soupe heure après heure tout au long de la journée pour qu'elle soit toujours fraîche : céleri, oignons, roux, palourdes et jus de palourdes, sans bacon. Cette chose est toute palourde, et profonde avec elle. C'est une magnifique chaudrée de style Nouvelle-Angleterre, presque archétypale.

35915 N Highway 101, Nehalem, 503-368-2469, buttercup101.com.

Une chaudrée copieuse avec un énorme volume de légumes locaux frais du jardin et une richesse surprenante de saveur de palourdes en dessous, dans un magasin de chaudrée presque caché qui est également l'un des meilleurs glaciers de l'Oregon.

Si vous demandez à la propriétaire et chef Julie Barker, vous ne devriez vraiment pas acheter la chaudrée de palourdes du nord-ouest dans son magasin de crème glacée et de chaudrée niché dans des escaliers et devant un magasin d'antiquités. "C'est ce que je préfère le moins au menu", dit-elle. Elle préfère de loin sa chaudrée thaïlandaise à celle-là - et en effet, la chaudrée de printemps que nous avons essayée a déjà été remplacée par une version estivale. Mais Barker a des normes élevées, il s'avère. Sa base ridiculement riche, sans farine et sans gluten est un mélange de bouillon de flétan, de jus de palourde, de xérès, de jus de citron, un mélange exclusif d'assaisonnement à la baie et de purée de pommes de terre et de bacon - et dans le mélange, elle jette à peu près tous les légumes que vous pouvez penser à. C'est une chaudrée épaisse, copieuse et riche qui rappelle néanmoins profondément la palourde. Et elle fait de la crème glacée aussi bonne que ses chaudrées, en particulier une guimauve ridiculement riche. Bon sang, elle pourrait faire la meilleure glace que j'ai goûtée dans cet état.

Georgie's Beachside Grill, Note : 90

744 SW Elizabeth St., Newport, 541-265-9800, georgiesbeachsidegrill.com.

Un endroit bougie de Newport célèbre auprès des vieilles dames pour sa vue, il sert l'une des plus belles chaudrées de palourdes à la française que nous ayons jamais eu.

Ce restaurant Bayview Newport annexe à un complexe Hallmark Inn est volontairement fantaisiste à la manière des années 1980, ce qui le rend populaire auprès des dames de 60 ans de la noblesse terrienne, un endroit où emmener maman pour la fête des mères. Mais la soupe ? C'est peut-être le plus beau roux classiquement français que nous ayons goûté, une soupe riche faite pour conquérir les Normands. Alors que la plupart des soupes tournent, celle-ci colle - un bouillon riche en bacon et en oignon avec des pommes de terre épluchées coupées en dés suffisamment petits pour épaissir la soupe plutôt que de la distraire.